DE | FR
Image: KEYSTONE

Le FC Sion joue sa peau ce soir. Les 10 raisons d'un déclin

Les footballeurs valaisans affrontent Thoune en barrage, jeudi soir et dimanche après-midi, pour sauver leur place en Super League. Quoi qu'il arrive, cette saison restera un échec. Explications.
27.05.2021, 14:0127.05.2021, 16:39
yoann graber / Christian despont / julien caloz

Une gestion fumeuse

Les suiveurs du football suisse s'étonnent de voir le FC Sion végéter au fond du classement avec un tel effectif, digne sur le papier des places européennes. Watson a tenté de trouver les explications de ce décalage. Et elles sont notamment à chercher du côté de la gestion du club: un président – Christian Constantin – en manque d'adrénaline et qui semble aimer les problèmes, notamment parce qu'ils lui permettent de briller sous les projecteurs dans le rôle du sauveur; aucune vision à long terme; des joueurs (beaucoup) trop payés et peu concernés.

Des humeurs volages

Vendredi dernier, les Valaisans ont montré contre Bâle que quand ils doivent (et veulent) gagner, ils peuvent le faire. La preuve: condamnés à la victoire pour éviter la culbute directe en Challenge League, ils ont tout cassé (4-0). De quoi frustrer les supporters sédunois et inspirer un commentaire.

Une préparation
qui interroge

Jeudi 27 mai, Sion affronte Thoune sur le synthétique de la Stockhorn Arena. Or, watson a appris en cours de semaine que les Sédunois ont préparé ce match sur... du gazon naturel. Expert du football suisse, Gabet Chapuisat qualifie cette décision de «faute professionnelle». L'entraîneur Marco Walker la justifie par une volonté de ne pas chambouler les habitudes. Christian Constantin évoque, lui, les risques plus élevés de blessure sur une pelouse artificielle.

Une présence troublante

Officiellement, Barthélémy Constantin est le directeur sportif du FC Sion. Mais le fils du président est omniprésent sur le banc valaisan, aux côtés de l'entraîneur. Qu'y fait-il? Que cherche-t-il à prouver, à influencer? Il répond à watson, avec agacement et humour.

Des coaches jetables

C'est évidemment le signe distinctif du FC Sion, une incapacité chronique à conserver ses entraîneurs, à bien les choisir et/ou les mettre en confiance.

Des choix incohérents

Lors du dernier mercato estival, Sion a réalisé deux jolis coups: les arrivées du serial buteur Guillaume Hoarau et du talentueux milieu de terrain Matteo Tosetti. «L'idée, c'était d'avoir un devant et l'autre qui lui fait des passes», expliquera plus tard à watson le même Barthélémy Constantin. Sauf que l'ancien coach Fabio Grosso, limogé en mars, ne voyait pas les choses de cette façon. Tosetti a joué latéral et Hoarau est resté sur le banc.

Des situations difficiles

On ne refait pas l'histoire: le FC Sion est en barrage. Il a désormais deux matchs pour sauver sa peau en Super League. Pourquoi se met-il toujours dans de telles situations? D'anciens joueurs nous expliquent comment les gérer.

Même le look
du coach surprend

Pour certains, Marco Walker fait des choix tactiques contestables. Ceux qui concernent ses vêtements sont tout aussi originaux. Le coach soleurois, qui a remplacé Fabio Grosso en mars, a l'habitude d'entraîner ses équipes été comme hiver (y compris à Moscou) en short. Par superstition. La spécialiste sédunoise de mode Emmanuelle Chaussinand a décortiqué pour watson, avec humour, le look de Marco Walker.

Des démissions en bloc

Sion a sauvé temporairement sa peau en Super League en accrochant le barrage lors de la dernière journée, au détriment du FC Vaduz. Le 11 avril dernier, les Valaisans, fantomatiques, perdaient contre ce même adversaire 3-0 et le laissaient prendre le large au classement. A l'issue du match, le gardien sédunois Kevin Fickentscher, totalement dépité, avait des propos très forts.

Un déficit d'image

S'il se sauve, le FC Sion n'en aura pas fini de ses combats. Il devra rétablir la confiance avec le public valaisan, lassé par ce marasme et froissé par une perte d'identité.

BONUS: Un adversaire coriace

On a beaucoup parlé du FC Sion. Mais quid de son adversaire en barrage? Au contraire des Valaisans ces dernières saisons, le FC Thoune a toujours joui d'une réputation d'équipe sympathique, bien gérée et combative. Et c'est effectivement avec ces valeurs que les footballeurs de l'Oberland bernois défieront le FC Sion. Leur entraîneur nous en parle. Celui du Stade Lausanne-Ouchy témoigne que rien ne sera facile pour les Valaisans.

Barth Constantin et ses entraîneurs

1 / 10
Barth Constantin et ses entraîneurs
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Regardez comment réagit ce boxer en entrant dans le car wash

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dans le sport, la poignée de main est un protocole tout sauf anodin
Jeu de mains, jeu de vilains. Le traditionnel serrage de pinces d'après match a tourné à la bagarre entre les coachs Thomas Tuchel (Chelsea) et Antonio Conte (Tottenham) dimanche. Un protocole qui en dit bien plus qu'il n'y paraît.

C'est un geste qu'un humain, en Occident, effectue 15 000 fois dans sa vie en moyenne, selon une étude très sérieuse. Un nombre qui aurait de quoi le rendre très banal. Il n'en est rien: une poignée de main est tout sauf anecdotique.

L’article