DE | FR
image: twitter

Le superbe geste des fans du Dynamo Moscou pour leur coach ukrainien

Les fans du leader du championnat russe de football ont chanté durant de longues minutes le nom de l'entraîneur-adjoint du club, l'Ukrainien Andriy Voronin, pour lui rendre hommage.
27.02.2022, 17:0528.02.2022, 06:49
Suivez-moi

Le genre de scène qui fait beaucoup de bien, dans cette période difficile.

Samedi, en déplacement dans le stade de Khimki, les supporters du Dynamo Moscou, club russe de football, ont rendu un bel hommage à leur entraîneur-assistant, l'Ukrainien Andriy Voronin. De quelle manière? En chantant son nom durant de longues minutes.

Un geste très fort, alors que l'invasion russe de l'Ukraine se poursuit et que les combats entre les deux camps font rage.

Andriy Voronin, très affecté par la situation dans son pays et mobilisable pour l'armée, nous apprend So Foot, était absent lors de ce match de reprise du championnat russe, remporté 3-0 par les Moscovites, leaders du classement.

Andriy Voronin (à droite) lors d'un match contre la France à l'Euro 2012, sur la pelouse de Donetsk.
Andriy Voronin (à droite) lors d'un match contre la France à l'Euro 2012, sur la pelouse de Donetsk. Image: keystone

Un geste qui fera chaud au cœur de l'ancien international, et qui prouve qu'il reste un peu d'humanité, même dans les pires situations. Et oui, le sport a indéniablement un rôle à jouer.

Un peu d'amour dans ce monde de bruts?

1 / 27
Un peu d'amour dans ce monde de brutes?
source: boredpanda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Manifestations anti-guerre en Russie

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Un jour héros national, un jour évadé fiscal.» Ainsi fut Tsonga
«Le grand Jo» a disputé son dernier match de tennis, mardi, après vingt années à envoyer des pains dans tous les coins et à en recevoir en retour. Il restera une sorte d’exception française, capable (coupable?) d’une ambition démesurée.

Quand Jo-Wilfried Tsonga a tiré sa dernière cartouche, une balle flottante dans le carré de service, la foule, nous semble-t-il, n'a pas versé tant de larmes. Mais il y a eu quelques gouttes de champagne. «A la santé de Jo qui nous a «quand même» donné de bons kiffs», a tonitrué Jean-Julien, invité VRP d’une banque parisienne. Tout est dans le «quand même».

L’article