DE | FR
Murat Yakin vivra son premier match sur le banc de la Nati mercredi soir contre la Grèce.
Murat Yakin vivra son premier match sur le banc de la Nati mercredi soir contre la Grèce. Image: KEYSTONE
Nati

Peur, pression, fierté? Les débuts de Yakin vus par ses prédécesseurs

Le nouveau sélectionneur vivra ce mercredi son premier match sur le banc de la Nati. Hans-Peter Zaugg et Rolf Fringer racontent ce qui l'attend.
01.09.2021, 17:5102.09.2021, 13:28
Suivez-moi

Le grand jour est arrivé pour Murat Yakin, qui dirigera ce mercredi son premier match à la tête de la Nati (20 h 45). Les Helvètes affrontent la Grèce en amical à Bâle, juste avant la rencontre, autrement plus importante, de dimanche contre l'Italie championne d'Europe, toujours au Parc Saint-Jacques.

Et cette fois, ça ne comptera pas pour du beurre. Les Suisses devront à tout prix éviter la défaite s'ils espèrent se qualifier directement pour le Mondial 2022, autrement dit finir premier de leur groupe.

Le classement actuel du groupe des qualifs pour le Mondial 2022

source rts

«Tout le pays vous guette»

Mais de la pression, le sélectionneur en ressentira déjà face à la Grèce, malgré l'absence d'enjeu. «Le premier match, c’est toujours une carte de visite», avertit Hans-Peter Zaugg. Le Bernois sait de quoi il parle: il a été entraîneur-adjoint de la Nati entre 1992 et 1999 avant d'assurer le rôle principal pendant quatre matches début 2000.

Hans-Peter Zaugg dirigeant un entraînement à Kaiserslautern avant un match contre l'Allemagne en avril 2000.
Hans-Peter Zaugg dirigeant un entraînement à Kaiserslautern avant un match contre l'Allemagne en avril 2000.Image: KEYSTONE

«Comme coach, on veut toujours bien faire pour l’équipe, pour le pays et pour les fans. La pression est plus forte avec l'équipe nationale qu'avec un club. Parce que le club, contrairement à la Nati, n'est soutenu que par une partie de la population. Alors quand il perd, il y a toujours aussi des heureux», sourit celui qui a mené Grasshopper au titre en 2001.

«La fierté l'emporte»

Même s'il a déjà beaucoup d'expérience en tant que technicien, Murat Yakin n'a jamais coaché de sélection. Mais qu'il se rassure, les émotions qu'il ressentira ce soir seront largement positives, à en croire Hans-Peter Zaugg:

«Etre sélectionneur de son pays, c'est quelque chose d'extraordinaire. On est très fier d'être le responsable de cette équipe. Murat le sera aussi certainement ce soir»
Hans-Peter Zaugg

Rolf Fringer a éprouvé les mêmes sentiments pour sa première sur le banc de la Nati, même si l'expérience s'est avérée traumatisante (défaite 1-0 en Azerbaïdjan en 1996): «Je n'ai jamais ressenti de peur en endossant ce rôle. Quand vous êtes né et avez grandi en Suisse, vous ne pouvez éprouver que de la joie et de la fierté. On veut donner le maximum.»

Rolf Fringer a été le sélectionneur de la Nati entre août 1996 et octobre 1997.
Rolf Fringer a été le sélectionneur de la Nati entre août 1996 et octobre 1997.Image: KEYSTONE

«Ne pas trop analyser»

Le successeur de Vladimir Petkovic n'a eu que vingt jours depuis sa nomination le 9 août pour bâtir et préparer son équipe. Une durée très inhabituelle, qui ne présente toutefois pas que des inconvénients.

«Au début, on se concentre essentiellement sur le jeu de son équipe, sans perdre trop de temps à analyser l'adversaire»
Hans-Peter Zaugg

Yakin a aussi eu la chance de reprendre un groupe uni, qui surfe sur une très bonne dynamique (quart de finaliste du dernier Euro) et dans lequel les automatismes sont acquis.

«Murat Yakin connaît déjà les deux tiers de l'équipe qu'il alignera contre l'Italie dimanche, s'avance Rolf Fringer. Il a déjà pu se faire une opinion. Mais il y a toujours une petite hésitation sur deux ou trois joueurs.»

«Impliquer tout le groupe»

Hans-Peter Zaugg valide: «Un remplaçant qui ferait un super match contre la Grèce pourrait tout à fait figurer dans le onze contre l'Italie.» L'actuel directeur sportif du FC Soleure voit encore un autre enjeu au duel contre les Hellènes:

«L'idée, c'est de faire participer un maximum de joueurs. Il faut leur donner confiance à tous, au cas où ils seraient amenés à entrer en jeu contre l'Italie»

Pour cette première de Murat Yakin, les Suisses affronteront des Grecs en perte de vitesse depuis le Mondial 2014 (leur dernier grand tournoi), seulement 48e au classement FIFA. De quoi, à première vue, éviter une déroute au nouveau sélectionneur. Et même si cette déroute devait se produire, «Bidu» Zaugg n'a pas trop de craintes pour dimanche. «Les Suisses auraient la possibilité de réagir immédiatement, en espérant un exploit contre une grande équipe. Cette perspective amène de la motivation supplémentaire.»

Le programme de l'équipe de Suisse

source: rts

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Les grands-parents

1 / 27
Les grands-parents
source: shutterstock
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les plus jeunes hooligans d'aujourd'hui ont à peine 10 ans
Le responsable anglais de la sécurité dans les stades révèle de nombreuses arrestations impliquant des enfants, auteurs de violences et de trafics divers: armes, drogue, fumigènes.

Si certains fans de football commencent à aimer le ballon rond dès leur plus jeune âge, c'est visiblement aussi le cas des hooligans, ces soi-disant supporters qui, sous prétexte de soutenir une équipe et défendre des armoiries, sèment la violence dans les stades et aux abords de ceux-ci. C'est le constat dressé par The independent, qui cite des cas d'enfants âgés de dix ans arrêtés pour hooliganisme.

L’article