DE | FR
Mathilde Gremaud a décroché la médaille d'or du slopestyle en ski freestyle mardi aux JO de Pékin, sept jours après le bronze en Big Air.
Mathilde Gremaud a décroché la médaille d'or du slopestyle en ski freestyle mardi aux JO de Pékin, sept jours après le bronze en Big Air.Image: instagram
Jeux olympiques

Le papa de Mathilde Gremaud: «Elle nous stupéfie depuis enfant»

La Fribourgeoise de 22 ans est devenue, ce mardi, championne olympique de slopestyle en ski freestyle. Elle avait déjà gagné le bronze en Big Air. Depuis toute petite, la Gruérienne possède des prédispositions exceptionnelles pour le sport, tant physiques que mentales. Portrait.
15.02.2022, 10:0015.02.2022, 12:34
Suivez-moi

«Mathilde est une pseudo casse-cou», nuance d'entrée Jonas Béguelin. Le Jurassien a entraîné la désormais triple médaillée olympique quand elle était adolescente, au sein de la structure d'élite Ski Romand. L'expert, ni personne, ne pourra nier qu'il faut être un peu fou pour s'élancer sur un tremplin à pleine vitesse et faire des cabrioles à une petite dizaine de mètres du sol.

Mathilde Gremaud possède cette folie. Ce goût du risque. Ce besoin d'expérimenter. Cette recherche d'adrénaline aussi. Toutes des qualités indispensables, dès lors qu'on parle de réussir dans le ski freestyle.

Mais la Fribourgeoise n'a jamais été une kamikaze pour autant. «Elle a toujours eu la tête sur les épaules», appuie Jonas Béguelin. «Elle savait rester dans sa bulle, supportait la pression et ne se laissait pas influencer par ses potes d'entraînement.»

L'émotion de Mathilde Gremaud après sa médaille d'or en slopestyle, à Pékin.
L'émotion de Mathilde Gremaud après sa médaille d'or en slopestyle, à Pékin. Image: keystone

Et pourtant, les occasions de tenter la figure impossible pour épater la galerie, quitte à prendre de très gros risques, n'ont pas manqué. «Mathilde était quasiment la seule fille dans un monde de garçons et, avec son esprit de compétitrice, elle voulait se comparer à eux», rembobine son ex-entraîneur. «Entre les mecs, c'était un combat de coqs pour savoir qui allait réussir un saut en premier. Elle, elle restait discrète, ne se mêlait pas à ces chamailleries. Mais à force de travailler inlassablement ses figures, c'est elle qui réussissait en premier.»

Vélo chipé, bâton maltraité

«Oui, elle avait un côté casse-cou, mais il faut le relativiser, parce que Mathilde avait une grande maîtrise de tout ce qu'elle entreprenait sur ses skis et on y allait étape par étape», se souvient Grégoire Marguet, responsable de la section freestyle de Ski Romand.

Dès son plus jeune âge, la Gruérienne a démontré des aptitudes sportives hors du commun. Elle l'avoue elle-même sur son site internet: «J’ai toujours fait du sport et j’ai beaucoup de facilité en général dans tous ceux que je découvre».

Sur la neige, sur l'eau, avec des skis ou un surf, Mathilde Gremaud est à l'aise partout.
Sur la neige, sur l'eau, avec des skis ou un surf, Mathilde Gremaud est à l'aise partout. image: keystone

Au bout du fil, son papa, Stéphane, confirmait lundi dernier. Le résident de La Roche (FR), encore sous l'émotion de la nouvelle médaille de sa fille, a plein d'anecdotes. «Quand Mathilde était toute petite, on avait un trampoline devant la maison et elle faisait déjà des sauts périlleux arrière sans qu'on lui apprenne quoi que ce soit». Il enchaîne:

«Un jour, quand elle avait trois ou quatre ans, elle est allée prendre en cachette le vélo de sa grande sœur. On était dans la maison avec ma femme et notre fille aînée. Tout à coup, on a vu à travers la fenêtre Mathilde foncer devant nous, à l'extérieur, sur le vélo. On était stupéfaits. Sa grande sœur, un peu jalouse, était folle de rage! (rires)»
Stéphane Gremaud, le papa

Stéphane Gremaud a aussi pu constater très tôt le tempérament de sa championne olympique de fille, à la même période. «Je participais avec elle à la course de ski parents-enfants à La Berra (FR), j'étais juste devant elle et, sur un replat, à quelques mètres de l'arrivée, Mathilde est tombée. Je suis allé voir comment elle allait. Au lieu de pleurnicher, elle frappait son bâton sur la neige, furieuse de ne pas avoir pu terminer la course sur ses skis», sourit-il.

Et c'est ce même caractère bien trempé, cette soif de réussite, qui permet aujourd'hui à la Fribourgeoise de 22 ans d'accrocher des breloques olympiques à son cou. «Quand ça ne se passe pas comme elle veut, elle peut envoyer balader des gens sur le moment», se marre Fantin Ciompi, lui aussi skieur freestyle et pote de Mathilde Gremaud. «Mais c'est normal, je la comprends tout à fait, parce que moi aussi je suis comme ça. C'est la hargne nécessaire aux compétiteurs.»

Mathilde Gremaud, dans le décor particulier du site qui accueille le ski freestyle aux JO de Pékin.
Mathilde Gremaud, dans le décor particulier du site qui accueille le ski freestyle aux JO de Pékin. image: keystone

Pas un oiseau de nuit

Comme le papa et les deux anciens entraîneurs, le Chablaisien de 19 ans parle d'une «personne ouverte, très sociable et calme» quand il évoque Mathilde Gremaud. Il l'a côtoyée à Ski Romand et au sport-études d'Engelberg (OW), et va de temps en temps skier avec elle, «pour le plaisir».

«Ce qui est frappant chez elle, c'est qu'à peine rentrée des X Games ou des JO, elle remonte tout de suite sur ses skis ou son vélo. Elle ne s'arrête jamais! Elle place le sport avant tout le reste. Si on me propose, un week-end, d'aller en boîte ou skier, j'hésiterais. Elle, non»
Fantin Ciompi, skieur freestyle vaudois et pote de Mathilde

Et Mathilde Gremaud a, justement, pu chausser souvent ses lattes à Pékin. Sept jours après sa médaille de bronze en Big Air, elle est devenue championne olympique de slopestyle. Quatre ans après avoir décroché l'argent à PyeongChang.

Durant ces Jeux, comme depuis toujours, la Gruérienne a bénéficié du soutien de toute sa famille. Un autre ingrédient indispensable à une si belle carrière. Même si le freestyle était un peu un ovni pour ses proches. «Au début de son adolescence, on la laissait aller skier avec ses amis. On ne savait pas très bien ce qu'ils allaient faire. Je constatais juste que Mathilde rentrait avec les carres de ses skis abîmées à cause des frottements sur les barres de glisse. Ça m'énervait. Aujourd'hui, j'en suis très content», conclut Stéphane, son papa, en rigolant.

Bio express de Mathilde Gremaud
Née le 8 février 2000 à Fribourg
Mesure 168 cm
Débuts en Coupe du monde en 2016
Palmarès
- Médaille d'or en slopestyle aux JO de Pékin 2022
- Médaille de bronze en Big Air aux JO de Pékin 2022
- Médaille d'argent en slopestyle aux JO de PyeongChang 2018
- Médaille d'argent en slopestyle aux Championnats du monde 2021
- Deuxième place du classement général de la Coupe du monde lors de la saison 2020/2021
- 6 succès en Coupe du monde (Big Air et slopestyle confondus)
- 6 médailles aux X Games

Ces personnes amputées ont le sens de l'humour

1 / 13
Ces personnes amputées ont le sens de l'humour
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

On a des nouvelles de Kim Jong-un, il va bien, il fait du cheval

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Frei-Degen, une collaboration risquée à Bâle entre deux fortes têtes
Le légendaire Alex Frei est de retour au FC Bâle, comme entraîneur principal. Mais la cohabitation avec le président David Degen, un autre fort caractère, pourrait faire des étincelles.

Alex Frei a déjà pris de nombreuses bonnes décisions dans sa vie. En novembre 2019, par exemple, quand il a eu raison de refuser l'offre de Hanovre et de rester au FC Bâle. Les moins de 18 ans, donc, plutôt que la 2e Bundesliga. Autrement dit, une croix sur une jolie promotion. Mais malgré l'opportunité alléchante sur le papier, l'ex-attaquant star a senti le danger pour sa jeune carrière d'entraîneur de rejoindre une équipe dans le chaos.

L’article