DE | FR
Diego Schwartzman (à gauche) et John Isner.
Diego Schwartzman (à gauche) et John Isner.image: instagram

Isner-Schwartzman, la paire de double la plus improbable du tennis

John Isner et Diego Schwartzman, 38 centimètres d'écart, jouent ensemble cette semaine à Rome. Sans l'évolution du tennis, ce duo insolite ne se serait probablement jamais formé.
11.05.2022, 06:5611.05.2022, 10:01
Suivez-moi

Eux-mêmes en rigolent. John Isner et Diego Schwartzman forment l'une des équipes de double les plus décalées de l'histoire du tennis. Et sa particularité se voit au premier coup d'œil: 38 centimètres séparent les deux hommes. Avec ses 2,08 m, Isner est l'un des plus grands joueurs du circuit. A l'autre extrême, son coéquipier ne culmine qu'à 1,70 m, taille extrêmement rare chez les pros de la balle jaune.

L'Américain et l'Argentin font la paire pour la première fois cette semaine, à Rome. Jusqu'ici, avec succès: ils ont battu le duo Santiago Gonzalez/Andres Molteni au super tie-break (5-7 6-3 10-1).

Un métronome et des lobs

Sur le papier, la complémentarité entre Isner – serveur et cogneur invétéré – et Schwartzman, véritable métronome au jeu de jambes de feu, a de quoi faire des étincelles. Mais l'ancien joueur Marco Chiudinelli souffle vite sur les braises: «C'est une paire solide, mais je ne la vois pas gagner ce tournoi.»

Désormais organisateur de camps de tennis pour tous niveaux, le Bâlois pointe les limites liées au petit gabarit de Schwartzman. «Quand il monte au filet, il est plus facile à passer ou à lober.» Autre soucis, selon l'ancien membre de l'équipe suisse de Coupe Davis: le service, coup déterminant en double pour mettre en difficulté le relanceur et, ainsi, offrir une volée aisée à son coéquipier.

«Avec une petite taille, on a moins de puissance et un angle restreint»
Marco Chiudinelli, ex-ATP 52

Et quid de la vélocité de l'Argentin, qui pourrait compenser ses lacunes? «Ses grandes qualités de défenseur sont beaucoup moins utiles en double, parce que les joueurs ont besoin de couvrir deux fois moins de surface qu'en simple», recadre «Chiudi».

Réveil abrupt et conflit générationnel

Contrairement à son ancien coéquipier de Coupe Davis, Marc Rosset ne voit aucun problème aux 170 cm de Schwartzman. «En double, il faut assurer le maximum de première balle, sans forcément servir très fort.»

«C'est psychologique: un adversaire n'attaque jamais une première balle de service comme il le ferait sur une deuxième, même si elles ont la même puissance et le même effet»
Marc Rosset, champion olympique 1992

Le Genevois est même bien plus radical: selon lui, cette paire à première vue insolite n'a rien de particulier. Après quelques minutes d'explications technico-tactiques au bout du fil, il commence à se marrer. «En fait, ton histoire, c’est un non-sujet. Tu me réveilles à 10H00 pour parler d’un double Isner-Schwartzman... La prochaine fois, je ne répondrai pas!», tonne-t-il, pince sans rire, avec le bruit de la machine à café en arrière-fond.

Et pourtant, les explications de Rosset sont particulièrement intéressantes. Car si l'étrange duo Isner-Schwartzman est finalement quelconque, selon le Genevois, c'est parce que le tennis a changé. Et cette évolution a de quoi vous tirer du lit une grimace. «Maintenant, les doubles se gagnent depuis le fond du court, d’autant plus sur terre battue comme à Rome», observe l'ex-tennisman. Plus besoin, donc, de faire bloc à la volée. «Ça me rend fou de voir ça!», peste le Genevois, 51 ans, qui concède volontiers appartenir à l'ancienne école. Celle, donc, qui allait chercher des points spectaculaires au filet. «Marc Lopez (réd: 1,75 m) et Marcel Granollers ont gagné le Masters 2012 en jouant quasi uniquement depuis le fond.»

«On a les mêmes chaussures, mais pas la même pointure!»
«On a les mêmes chaussures, mais pas la même pointure!»image: instagram

A en croire Marc Rosset, il n'y a plus besoin d'avoir des caractéristiques (un gabarit et/ou un jeu) avantageuses en double pour performer dans cette discipline. «Mais il faut quand même s'adapter tactiquement par rapport au simple», nuance-t-il.

En suivant cette logique, Diego Schwartzman – aucun titre en double – a tout pour exceller dans la discipline. Il tentera, en tout cas, de contribuer d'ici la fin de la semaine au 9e sacre de son coéquipier.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Thèmes

23 situations que personne n'aimerait vivre chez soi

1 / 25
23 situations que personne n'aimerait vivre chez soi
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Ce Jack Russell appelé Patron s'est vu décoré d'une médaille pour ses services, par Zelensky

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Wawrinka-Djokovic, une des plus belles rivalités en cinq matchs fous
Stan Wawrinka et Novak Djokovic en découdront en 8e de finale à Rome ce jeudi après-midi. Ce match sera leur 26e affrontement (le Serbe mène 19 à 6). L'occasion de revenir sur les cinq duels les plus fous entre le Vaudois et le Serbe.

Stan Wawrinka-Novak Djokovic, c'est tout simplement l'une des plus belles rivalités dans l'histoire du tennis. Les deux hommes s'affronteront ce jeudi après-midi à Rome pour un ticket en quart de finale, plus de deux ans et demi après leur dernier match (victoire de Wawrinka par abandon au 3e tour de l'US Open 2019). Avec un Vaudois de retour aux affaires après une pause de plus d'une année et un «Djoker» orgueilleux, à la recherche de son meilleur niveau et d'un nouveau titre, ce duel promet beaucoup.

L’article