DE | FR
Réveil musculaire

Nuit noire sur le football

Vous avez bien dormi? Remettez votre esprit en alerte avec des infos à parcourir et des questions à soulever.
19.04.2021, 06:3320.04.2021, 08:42
Suivez-moi

C'est quoi le Réveil musculaire?

Les principales actualités de la nuit livrées tous les matins à 7 heures tapantes, avec juste ce qu'il faut d'entrain, de mouvements d'humeur et d'exercices de style.

💣 Revue de presse

Beaucoup d'amoureux du football se sont couchés dimanche soir en priant très fort pour que le projet d'une super ligue (ou super league) européenne ne soit pas annoncé par les douze clubs à son initiative. Mais tout s'est précipité à la nuit tombée, à l'heure où les loups sortent du bois. Et le projet d'une compétition pour ultra riches a été officialisé peu après minuit (on vous explique tout ça ici).

Ce matin évidemment, tous les médias spécialisés dans le sport titrent sur la nouvelle. L'Equipe annonce une «guerre des riches», consacrant pas moins de trois pages à ce qu'il juge être «un séisme». En Italie, la Gazzetta dello Sport prend position contre la compétition. «Tous contre l'accord des douze clubs entre eux (...). C'est la tempête», relève le journal rose. L'Espagne est moins virulente: si la nouvelle est sur toutes les Unes et les lèvres, elle ne fait pas les gros titres. Le quotidien madrilène Marca souligne toutefois que «le football explose» et que l'UEFA menace les clubs dissidents avec «de sévères sanctions».

«S'ils vont au bout de leur projet, on ne leur pardonnera pas»
Le journaliste Vincent Duluc dans son édito pour L'Equipe, intitulé "Les traîtres"

Des couleurs sur le terrain

On a quand même joué au football dimanche soir, et en y mettant de la noblesse et des couleurs. Naples (1-1 contre l'Inter) a évolué avec un maillot créé en collaboration avec le créateur de mode argentin Marcelo Burlon. Comme souvent, lorsque les couleurs historiques sont bafouées, certains supporters ont manifesté leur désapprobation. «Horrible», «moche», «immonde», ont-ils réagi en découvrant la tunique inédite. L'un d'eux a proposé «une minijupe pour remplacer les shorts», soulignant la coquetterie toujours plus marquée des footballeurs.

Insigne célèbre l'ouverture du score après l'autogoal du gardien Handanovic. Eriksen égalisera.
Insigne célèbre l'ouverture du score après l'autogoal du gardien Handanovic. Eriksen égalisera. Image: Keystone

Le maillot collector, qui se veut un hommage à Diego Maradona, a pourtant fait son effet malgré son prix prohibitif (150 euros). Les boutiques napolitaines sont en rupture de stock. Les tifosi désireux de prouver leur attachement au club peuvent toujours se rabattre sur les produits dérivés conçus en collaboration avec le fameux styliste argentin: vêtements streetwear, ballons de football ou encore sacs à dos.

Ce n'est qu'au prix de l'originalité que les clubs peuvent espérer générer de substantiels revenus marketing. Les grands clubs l'ont bien compris. Hier après-midi, le PSG est d'ailleurs apparu avec son quatrième maillot violet-rose contre Saint-Etienne.

«La boutique du club, c'est la première à gauche».
«La boutique du club, c'est la première à gauche».Image: EPA

Mais personne n'a encore fait mieux que les rugbymen du Stade Français, qui ont multiplié par cinq les ventes de leurs tuniques grâce aux trouvailles de Max Guazzini, le très emblématique président du club entre 1992 et 2011. «Le Stade Français est une marque dont le maillot est la vitrine», nous avait dit un jour Ludovic Barthes, le responsable des produits dérivés du club.

La beauté du geste et l'amour du maillot (et inversement).
La beauté du geste et l'amour du maillot (et inversement).Image: AP

Les clubs romands de football savent que leur réservoir de supporters est trop peu fourni pour se lancer dans la confection d'une collection qui marquerait les esprits. Les chiffres de vente s'en ressentent: ils écoulent péniblement entre quelques centaines et 3000 maillots par saison, selon la notoriété du club et ses résultats.

LOL 🏉

Le rugby français a fait plus fort que le hockey sur glace suisse en matière de transferts foireux en cours de saison. Il partait pourtant de loin, mais un nouveau règlement édicté par les instances de l'Ovalie a permis au championnat de basculer dans le n'importe quoi. Les clubs du Top 14 ayant désormais le droit de recruter un joker médical ou un joueur supplémentaire au cours du mois d’avril, les dirigeants du Racing ont piqué Gaël Fickou au Stade Français à seulement six journées de la fin du championnat.

Personne n'a pu retenir Fickou.
Personne n'a pu retenir Fickou.Image: EPA

Fickou, 190 cm de muscles et de vivacité, avait déjà signé pour le Racing à compter de la saison prochaine, mais les blessures au sein du club ciel et blanc ont poussé ses dirigeants à faire venir sa star plus tôt que prévu. Un départ précipité qui a pour le moins agacé joueurs et techniciens du championnat français (sauf ceux du Racing évidemment). Ils n'ont parlé que de ça tout le week-end.

Ce conte du rugby moderne rappelle évidemment la situation de Devos et Hazen en hockey sur glace. Les mercenaires du HC Ajoie se seraient déjà engagés pour Kloten dès la saison prochaine, alors que les deux clubs s'affrontent en finale de Swiss League (détails du premier acte ici). Une situation tragi-comique que certains redoutent déjà de vivre en rugby.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Lance Armstrong est enfin sorti du corps de Chris Froome
Le cycliste britannique, encore loin des meilleurs lundi, n'est plus au niveau de l'ancien coureur américain, auquel il avait été comparé lors de sa victoire sur le Tour de France il y a huit ans.

Un jour de 2013 sur le Tour de France, halluciné par la fréquence de pédalage de Chris Froome sur le dos du terrifiant mont Ventoux, un commentateur belge avait laissé échapper cette phrase, terrible pour le coureur britannique: «Lance, sors de ce corps!»

L’article