Sport
Football

Slovénie-Serbie: les Serbes accrochent le nul dans un contexte malsain

epa11425248 Dusan Tadic of Serbia gestures during the UEFA EURO 2024 Group C soccer match between Slovenia and Serbia, in Munich, Germany, 20June 2024. EPA/ANNA SZILAGYI
Le capitaine de la Serbie Dusan Tadic n'a pas été tendre avec son sélectionneur Dragan Stojkovic.image: Keystone

La Serbie se sauve in extremis dans un contexte malsain

Dix-huit mois après avoir abordé dans la tourmente son match de Coupe du monde contre la Nati, suite à un scandale d'infidélité au sein de sa sélection, la Serbie se présentait jeudi à l'Euro avec la perspective d'un forfait général, après avoir eu à gérer les critiques de Dusan Tadic envers son sélectionneur. Menée au score, elle a finalement obtenu dans les derniers instants le match nul 1-1 contre la Slovénie.
20.06.2024, 16:5622.06.2024, 12:54
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Dusan Vlahovic et ses coéquipiers sont entrés sur la pelouse de l'Allianz Arena, jeudi peu avant 15h, avec la pression du résultat. Battus par l'Angleterre 1-0 lors de la première journée de l'Euro, les Serbes se devaient de prendre des points face à une Slovénie ayant accroché le Danemark dimanche (1-1). Cette partie pouvait enfoncer cet effectif de qualité ou lui permettre de bâtir une belle aventure. Un tournant.

Mais les Aigles n'étaient pas seulement envahis par la pression en quittant le tunnel. Ils se sont certainement demandé si ce match contre la Slovénie n'était pas déjà le dernier de la Serbie dans le tournoi, alors qu'elle doit encore disputer au moins une rencontre contre le Danemark mardi prochain.

La faute aux déclarations fracassantes de Jovan Surbatovic, le secrétaire général de la Fédération serbe de football.

A quelques heures du coup d'envoi, le dirigeant prévenait l'UEFA. Ou plutôt, la menaçait. La Serbie est ainsi prête à déclarer forfait. A quitter la compétition sans jouer son ultime rencontre de la phase de groupes, si l'instance ne sanctionne pas fermement les faits survenus mercredi à la 59e minute de Croatie-Albanie, quand les supporters de ces deux nations des Balkans scandaient:

«Tuez, tuez, tuez les Serbes!»

«Ce qu'il s'est passé est scandaleux et nous demandons des sanctions à l'UEFA, même si cela implique de ne pas poursuivre la compétition», a ainsi déclaré Jovan Surbatovic à la Radio-télévision de Serbie. «Nous exigeons de l'UEFA qu'elle punisse les fédérations des deux sélections. Nous ne voulons pas participer à cela, mais si l'UEFA ne les punit pas, nous devrons réfléchir à la manière dont nous procéderons», a-t-il ajouté.

Surbatovic a néanmoins confiance en l'instance. Il souligne la récente exclusion d'Arlind Sadiku du tournoi. Un journaliste kosovar qui, lors de Serbie-Angleterre dimanche, a mimé l'aigle bicéphale devant la tribune rouge et blanche. Un geste fort, qui symbolise l'oppression du peuple albanais par la Serbie.

Les déclarations d'avant-match de Jovan Surbatovic font suite à d'autres incidents apparus durant cet Euro, dont certains ont valu à la Fédération serbe de football des sanctions. Elle vient tout juste de recevoir une amende de 14'500€ de la part de l'UEFA, en raison du comportement de ses supporters lors du match contre l'Angleterre. Ont été sanctionnés des «jets d'objets» et la diffusion en tribune d'un «message provocateur impropre à un événement sportif». Il s'agirait d'un drapeau lié à un groupe paramilitaire, engagé dans un nettoyage ethnique durant les guerres de Yougoslavie. L'UEFA a également diligenté une enquête concernant des allégations de racisme lors de ce même match face aux Anglais.

Des cris de singe, dirigés envers certains joueurs des Three Lions, auraient été entendus dimanche dans les travées de la Veltins-Arena.

Ces condamnations n'ont toutefois pas empêché les fans des Aigles de se faire remarquer. Après les drapeaux albanais brûlés le week-end dernier, ils ont entonné jeudi sur la Marienplatz de Munich «Le Kosovo est le cœur de la Serbie» en réponse aux provocations croates et albanaises.

Voici pour la géopolitique. Sportivement, les propos du secrétaire général de la Fédération serbe de football interviennent après ceux inattendus, émanant d'un autre Serbe: Dusan Tadic. Le buteur de Fenerbahçe a critiqué ouvertement les choix de son sélectionneur Dragan Stojkovic après avoir débuté le match contre l'Angleterre sur le banc.

«Je pense que je suis le leader et le capitaine de cette équipe. J'ai parlé avec le Mister... Je suis le meilleur joueur de cette équipe. J'aurais dû jouer les 90 minutes. Ça aurait été différent si j'avais été sur le terrain dès le départ»
Dusan Tadic, ancien de l'Ajax Amsterdam

Une situation pesante, qui rappelle celle de la Coupe du monde 2022. Dusan Vlahovic se voyait alors reprocher une aventure avec la femme du gardien Predrag Rajkovic. De son côté, Nemanda Gudelj était accusé d'avoir eu une relation avec la compagne de Luka Jovic. Un conflit dans le vestiaire était même évoqué, avant que la Fédération serbe n'intervienne pour éteindre le feu. Il ne s'agirait en fait que de rumeurs.

C'est donc dans ce contexte particulier que les Serbes abordaient la rencontre déjà décisive face à la Slovénie. Sur le terrain, après un début de match plus conquérant comparé à celui contre l'Angleterre, la Serbie a laissé s'exprimer son adversaire. Le Slovène Timi Max Elšnik s'est créé la plus belle occasion de la première mi-temps. Sa frappe puissante en sortie de une-deux a trouvé le poteau de Predrag Rajković.

La Serbie a toutefois eu des occasions au cours de la partie, mais a trop souvent buté sur un excellent Jan Oblak, et c'est la Slovénie qui a fini par ouvrir la marque à la 69e minute. Le latéral Zan Karnicnik est venu conclure un centre sur lequel la défense rouge et blanche a été bien trop laxiste. Finalement, les Serbes sont revenus au score en toute fin de rencontre. Un ultime corner et Luka Jovic a donné de la tête le point du match nul à son équipe. La Serbie est toujours en vie dans le groupe C, malgré ce contexte sur fond de tensions historiques et des difficultés en interne. Tout cela n'a rien de sain. Elle jouera néanmoins sa qualification pour les huitièmes de finale mardi contre le Danemark. Sauf si, bien sûr, les dirigeants en décident autrement.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
1 / 13
Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
Un Trump généré par l'IA, en pleine séance d'Ayahuasca dans la jungle.
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur X
Le débat politique 100% faux de la RTS
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
«Il faut que l'ATP agisse!»: à Gstaad, Tsitsipas lance un cri du cœur
Le Grec, tête d'affiche cette semaine du tournoi dans l'Oberland bernois, exhorte l'instance à sensibiliser les tennismen sur les risques de cancer de la peau.

Cet après-midi de juillet ressemble à tant d'autres à Gstaad. Une température agréable (22°C), un ciel partiellement nuageux et puis, tout à coup, le soleil qui cogne dès que les nuages s'écartent. Les spectateurs de la Roy Emerson Arena semblent prévenus que la météo, dans ce village perché à 1'000 mètres d'altitude, peut être particulièrement traîtresse et le soleil dangereux pour leur peau: ils sont nombreux à porter chapeaux, casquettes et même pulls ou linges sur la tête pour protéger celle-ci.

L’article