DE | FR
Manchester City's goalkeeper Scott Carson warms up prior to the English Premier League soccer match between Newcastle United and Manchester City at St James' Park stadium, in Newcastle, England, Friday, May 14, 2021. (Peter Powell/Pool via AP)

Barbe et cheveux tournant sur le poivre et sel, sous-pull à manches longues, petit bide qui pointe: pas de doute, Scott Carson est bien un «vété». image: keystone

Il rejoue en Premier League... dix ans après son dernier match

Vendredi, le portier remplaçant de Manchester City Scott Carson était titulaire contre Newcastle. Il n'avait plus joué en première division anglaise depuis mai 2011.



Papy fait de la résistance. Et même plutôt bien! C'est la jolie histoire footballistique du week-end. Elle a eu lieu vendredi au St James' Park de Newcastle. Ce soir-là, l'équipe locale accueille le tout frais champion d'Angleterre, Manchester City. Surprise: Dans la cage des Citizens, pas de trace de l'habituel titulaire Ederson. Non, c'est bien le troisième gardien des Skyblues, Scott Carson, qui se place devant les filets. Le vétéran de 35 ans s'apprête à rejouer un match de Premier League... Dix ans après sa dernière apparition dans l'élite du football anglais. C'était le 22 mai 2011 et il portait alors les couleurs de West Bromwich.

Scott Carson Manchester City football anglais

Carson, véritable (Ma)Scott de Manchester City. image: keystone

Un joli cadeau offert par Pep Guardiola à son portier remplaçant:

«Tout le monde l'adore, on veut le laisser jouer pour qu'il fasse partie de ce succès»

Pep Guardiola, entraîneur de Manchester City, à propos de Scott Carson

De son côté, le dernier rempart anglais (quatre sélections avec l'équipe nationale) ne cachait pas sa surprise avant la partie:

«Je l'ai appris hier. Je pensais que mon histoire en Premier League était terminée, mais je n'ai jamais abandonné et j'ai ma chance ce soir. J'ai été surpris, mais je travaille aussi dur que possible. C'est ce qu'a vu le coach»

Scott Carson, avant le match, au micro de Sky Sports

Et «papy» Carson – prêté par Derby County à City depuis 2019 – a été à la hauteur vendredi sur la pelouse de Newcastle pour ce match de la 36e journée de Premier League, que Manchester City a remporté 4-3. Il a même stoppé un pénalty de Joe Willock à la 62e, finalement transformé en deux temps par le milieu des Magpies.

L'arrêt de Carson sur le pénalty de Willock

abspielen

Vidéo: YouTube/Man City

La dernière fois que Carson a joué en Premier League en mai 2011 (attention, vous allez prendre un méchant coup de vieux...):

Plus d'articles sur le sport

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs crachent-ils autant?

Link zum Artikel

Tous les résultats et classements de l'Euro 2020 en un clin d'œil

Link zum Artikel

Xherdan Shaqiri, le génie qu'on désespère d'attendre

Link zum Artikel

Le débrief de Margairaz: «Je vois la Suisse aller jusqu'en quart de finale»

Link zum Artikel

Le débrief de Reto Ziegler: «La possession de la Suisse ne faisait pas mal»

Link zum Artikel

Oui, un troisième gardien sert vraiment à quelque chose

Link zum Artikel

Les mystérieux passages au vestiaire de Djokovic font jaser

Link zum Artikel

Aimer cette équipe de Suisse, c'est prendre le risque d'être déçu

Link zum Artikel

Des geeks alémaniques font la loi dans l'industrie des paris sportifs

Link zum Artikel

Fabio Celestini est-il trop «tronchu» pour entraîner Young Boys?

Link zum Artikel

Dans un sport mécanique, mourir reste une option. Ils l'avaient oublié

Link zum Artikel

Bacsinszky: «On ne sait jamais tout, chaque joueuse a sa part d'ombre»

Link zum Artikel

Fribourg pleure l'un de ses diamants, Jason Dupasquier

Link zum Artikel

Roy Hodgson, le dictateur sympathique qui a décomplexé la Nati

Link zum Artikel

A Roland-Garros, on boude, on prie et on dit déjà des bêtises

Link zum Artikel

Le FC Sion joue sa peau ce soir. Les 10 raisons d'un déclin

Link zum Artikel

Mondial de hockey: «On n'a même pas le droit d'ouvrir la fenêtre de notre chambre»

Link zum Artikel

Il y a 20 ans, un Romand changeait la face du football portugais

Link zum Artikel

«Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

Il rejoue en Premier League... dix ans après son dernier match

Link zum Artikel

River Plate a les mêmes problèmes qu'une équipe de 5e ligue

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

Faire payer les autographes? La mauvaise idée de Genève-Servette

Link zum Artikel

Le cheval vainqueur n'aurait pas mangé que des céréales

Link zum Artikel

Il profite de son passage à la télé pour chambrer le LHC

Link zum Artikel

Eden Hazard a-t-il manqué de respect au Real Madrid?

Link zum Artikel

Lewis Hamilton fait-il semblant d'avoir peur?

Link zum Artikel

Comment les réseaux sociaux se sont retournés contre les sportifs

Link zum Artikel

Les stars du foot ont peur dans le mur et ça peut leur coûter cher

Link zum Artikel

Pourquoi le Covid peut ruiner la carrière de Federer et Nadal

Link zum Artikel

Alexia, transgenre: «Je ne suis pas une menace pour mes adversaires»

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Une copine de hockeyeur en colère: «No 25, tu es un gros dégueulasse»

Link zum Artikel

Ces entraîneurs de foot qui ont craqué

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les manifestations en Colombie

1 / 11
Les manifestations en Colombie
source: sda / esteban felix
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

José Mourinho est-il encore écouté?

Excédés par les obsessions défensives de leur entraîneur, les attaquants de Tottenham auraient décidé de n’en faire qu’à leur tête. La rumeur semble se vérifier: ils ont gagné 4-0.

Ce devait être une purge, le match à rater absolument, de ces distractions du dimanche qui font regretter les parties de Uno. Burnley, bastion du fighting spirit anglais, les mollets chargés de testostérone, rendait visite à Tottenham, converti au réalisme depuis que José Mourinho l'a pris en main. Entre deux grands timides, c'était couru d’avance: nonante minutes à se regarder dans le blanc des yeux, à attendre l’ouverture, peut-être un malentendu, en faisant mine d’en avoir …

Lire l’article
Link zum Artikel