DE | FR
Les hockeyeurs de Kloten sont de retour en National League, après avoir battu Olten en finale de Swiss League mercredi soir.
Les hockeyeurs de Kloten sont de retour en National League, après avoir battu Olten en finale de Swiss League mercredi soir.Image: KEYSTONE

De mythe à «club de village», Kloten sera modeste en National League

Les Aviateurs sont de retour en première division, quatre ans après leur relégation. A la recherche de leur glorieux passé, ils devront toutefois rester modestes, histoire d'éviter un nouveau crash.
21.04.2022, 12:1321.04.2022, 18:46
Suivez-moi

Un club légendaire du hockey sur glace suisse est de retour en première division. Après quatre années de purgatoire, Kloten retrouvera la National League la saison prochaine. Les Zurichois doivent leur promotion directe à leur sacre en Swiss League. Mercredi soir, ils ont battu Olten (1-0) chez eux et ont du même coup remporté la finale 4-1.

Dès leur relégation à la fin de la saison 2017-2018, les Aviateurs avaient clamé haut et fort vouloir retrouver les sommets le plus vite possible. Ils avaient tablé sur trois ans maximum. Ils y sont donc parvenus avec une année de «retard». Sur ses réseaux sociaux, le club s'est bien évidemment félicité de cette promotion, en publiant notamment ce message sur Twitter:

«En 2018, nous avons dû quitter la plus haute division après 56 ans, mais maintenant on est de retour. Et on compte y rester 56 ans de plus»
Kloten, sur son compte Twitter

Au-delà du clin d'œil historique, ce tweet pose la question de l'avenir des Zurichois à l'échelon supérieur. Et déjà à court terme. «Pour le prochain exercice, on aura un championnat des misérables», tranche d'entrée, dans son style inimitable, l'expert hockey sur glace de watson, Klaus Zaugg. «Il se jouera à trois équipes: Ajoie, Langnau et Kloten qui feront tout pour éviter la dernière place et le barrage contre le 1er de Swiss League.»

Pour le journaliste bernois, le manque de bons joueurs suisses sur le marché (sans relégation, impossible de récupérer des joueurs de l'équipe qui descend) et l'âge de l'effectif des Aviateurs poseront des problèmes à ces derniers. «Kloten aura 8 joueurs de 30 ans ou plus, leur avenir est déjà derrière», observe-t-il.

Un grand village et un président en prison

Si Klaus Zaugg n'envisage rien d'autre pour Kloten que la lutte pour le maintien les deux prochaines saisons, il voit un futur à moyen terme plus radieux. Pour autant que l'équipe reste en National League, bien sûr. «Les Aviateurs ont des juniors très prometteurs, sur qui la première équipe pourra compter d'ici trois ans. Leurs M15 sont champions de Suisse, les M17 ont atteint les demi-finales des play-off et les U20 les quarts», liste le Bernois.

Bières et cigares, les incontournables pour fêter dignement un titre en hockey sur glace.
Bières et cigares, les incontournables pour fêter dignement un titre en hockey sur glace. image: keystone

Son confrère du quotidien zurichois Tages-Anzeiger, Marco Keller, qui suit l'équipe, est un peu plus optimiste concernant l'avenir proche des pensionnaires du Schluefweg: «Une dixième place, synonyme de qualification en pré-playoff, serait déjà ambitieuse et un excellent résultat pour le prochain exercice», s'avance-t-il. Son pronostic?

«Je vois Kloten finir entre le 10e et le 12e rang»
Marco Keller, journaliste au Tages-Anzeiger

Les prévisions des deux experts peuvent paraître timides compte tenu du glorieux passé de Kloten, quintuple champion de Suisse et plus récemment finaliste des play-off en 2009, 2011 et 2014. Mais il n'en reste pas moins que les banlieusards zurichois ne sont «que» des néo-promus, et que leur budget sera l'un des plus bas de National League: 12,5 à 13 millions de francs (contre 10 cette saison). «Ça les place à hauteur de Langnau, Ambri et Ajoie», évalue Klaus Zaugg. Autrement dit, des petites cylindrées de notre championnat. Le journaliste pousse la comparaison plus loin:

«Kloten est devenu un club de village»
Klaus Zaugg, expert hockey à watson

Un constat paradoxal pour une équipe située dans la plus grande agglomération du pays. Il l'est moins quand on retrace l'histoire récente des Aviateurs. «Ils ont désormais une base de nombreux sponsors, des petites et moyennes entreprises. Kloten a trouvé sa nouvelle identité», affirme Klaus Zaugg.

«Jusqu'en 2000, le club a été le numéro un à Zurich. Mais les ZSC Lions ont pris le relais dès ce moment. En investissant beaucoup d'argent pour retrouver leur hégémonie, les Aviateurs ont eu de gros problèmes financiers»
Klaus Zaugg

Au point presque, de se cramer les ailes: en 2012, ils ont évité de peu la faillite. Leur président d'alors, Jürg Bircher, a même été condamné l'an passé à six mois ferme de prison pour gestion déloyale et escroquerie, entre autres. Ou comment se mettre dans le muesli.

Les déboires passés n'étaient pas dans les têtes des hockeyeurs et des fans de Kloten mercredi soir.
Les déboires passés n'étaient pas dans les têtes des hockeyeurs et des fans de Kloten mercredi soir. Image: KEYSTONE

Alors son successeur, Mike Schälchli, en place depuis 2019, ne veut pas commettre les mêmes erreurs. «Dans le passé, il y avait une certaine arrogance à Kloten, désormais le discours est devenu davantage prudent», appuie Marco Keller.

Un œil en Russie, une oreille à La Chaux-de-Fonds

Avec son confrère Zaugg, ils sont d'accord sur un autre point: l'importance d'un bon recrutement de joueurs étrangers, dont le nombre sur la feuille de match passera à six dès la saison prochaine (10 licences par club au total), contre quatre maintenant. «Il faudra notamment surveiller les joueurs de la KHL, dont beaucoup ne devraient pas rester en Russie à cause de la guerre», prévient Marco Keller. «Même si les meilleurs joueurs signeront dans les clubs plus riches, les autres équipes auront des coups à jouer.»

A Kloten, l'une de ces 10 licences pourrait être attribuée à un gardien, «parce que Tim Wolf va repartir à Ajoie et les performances de Sandro Zurkirchen, l'autre portier de Kloten cette saison, dépendent beaucoup de son mental», analyse l'expert du «Tagi». Il pense aussi qu'il faudra remplacer l'un des deux étrangers actuels, le Suédois Robin Figren ou le Canadien Eric Faille, «car l'un va vraisemblablement partir, mais on ne sait pas lequel.» Par rapport aux joueurs suisses, le journaliste zurichois ne se fait pas de soucis:

«Pour eux, le saut d'une division ne posera pas trop de problèmes, parce que beaucoup ont déjà eu une expérience en National League»
Marco Keller

Reste la question de l'entraîneur: l'homme de la promotion, le Germano-Canadien Jeff Tomlinson, restera-t-il derrière la bande? Avec le succès actuel, la réponse devrait aller de soi. Mais ce n'est pas le cas, selon Klaus Zaugg.

Jeff Tomlinson est arrivé à Kloten en début de saison, en provenance de Rapperswil, qu'il avait mené en demi-finale des play-off.
Jeff Tomlinson est arrivé à Kloten en début de saison, en provenance de Rapperswil, qu'il avait mené en demi-finale des play-off. image: keystone

A en croire son article pour nos collègues alémaniques de watson, Kloten chercherait à enrôler un autre technicien. «J'ai reçu une demande de Kloten pour être entraîneur la saison prochaine», avoue l'actuel coach des GCK Lions, Michael Liniger, qui a passé neuf ans comme joueur chez les Aviateurs (2007-2016). Il ne pourra pas accepter, l'offre étant arrivée trop tard. Des rumeurs envoient aussi l'entraîneur du HC La Chaux-de-Fonds, Thierry Paterlini, sur le banc du Schluefweg.

Un imbroglio qui pourrait perturber la préparation des Zurichois pour la saison prochaine s'il n'est pas rapidement résolu. Mais une chose est certaine: le mythique Kloten et ses nombreux fans seront de retour dans les patinoires de National League dès septembre prochain, et c'est une bonne nouvelle pour le hockey suisse.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

20 profils Tinder très directs pour être sûr de matcher

1 / 22
20 profils Tinder très directs pour être sûr de matcher
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Le cri de cette Tiktokeuse devient un mème hilarant

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ils se croient super forts et se retrouvent piégés sur les via ferrata
De plus en plus de «novices ambitieux» débarquent sur les voies en basket après avoir écouté les avertissements d'une oreille, convaincus qu'ils ont les capacités pour emprunter n'importe quel itinéraire. Mais la réalité les rattrape.

L'office du tourisme de Saillon reçoit chaque été de nombreux appels concernant sa via ferrata, l'une des plus belles, mais aussi l'une des plus dangereuses de Romandie. «Nous précisons aux pratiquants qu'il y a trois parties distinctes sur le tracé, nous explique une responsable au téléphone. La première est accessible aux débutants, la deuxième est déjà plus difficile, et la troisième est réservée aux confirmés. On ne peut pas surveiller ou contrôler ceux qui s'y engagent, mais on met en garde sur le fait qu'il ne faut pas présumer de ses forces, au risque d'être coincé.»

L’article