DE | FR
De Coire à Genève, tout le monde s'accorde à dire que l'humilité n'a jamais été la qualité prédominante de Lausanne HC.
De Coire à Genève, tout le monde s'accorde à dire que l'humilité n'a jamais été la qualité prédominante de Lausanne HC.Image: Shutterstock

Le LHC persécuté par les Suisses allemands: délire paranoïaque?

Outre-Sarine, Lausanne HC est présenté comme «un nouveau riche» qui casse les prix, le jeu et l'ambiance. Des réseaux conspireraient contre ses intérêts. Recherche de la vérité, quelque part entre psychose et triste réalité.
29.04.2021, 12:3029.04.2021, 17:06

La série entre Lausanne et Zurich (2-4) a révélé des sentiments obscurs que beaucoup gardaient en eux, mais que l'électricité des play-off a mis en lumière.

  • Peter Zahner, CEO du club zurichois, a qualifié Lausanne de jardin d'enfants, avant de crier des «fuck you» à son entraîneur (jardin secret?)
  • Plusieurs médias ont perçu dans ce même LHC la muflerie et la vanité d'«un nouveau riche».
  • Klaus Zaugg, leader d'opinion et chroniqueur star de watson, a salué l'échec de Lausanne et de ses «héros médiévaux», nourris aux préceptes barbares de la vieille NHL américaine:
«On ne devrait pas le formuler de cette façon mais c'est ainsi: l'élimination rapide de Lausanne HC est un bien pour notre hockey et la santé de ses joueurs. Point»
«Dans l'histoire du hockey romand, le talent et l'argent ont-ils déjà été gérés de façon aussi misérable qu'au LHC? Certainement pas»

Les propos peuvent paraître choquants mais ils s'inscrivent dans le contexte testostéroné des play-off où, historiquement, les barbes sont piquantes et les disputes poilantes.

Reste la question de fond: le sentiment de persécution qui, depuis des mois, parcourt les rangs du LHC, jusqu'à ses couches populaires, est-il le résultat d'un délire paranoïaque, ou la triste réalité d'une conspiration alémanique contre ses intérêts, le baroud d'honneur d'une aristocratie amère face à l'émergence d'un dangereux rival?

De Coire à Genève, tout le monde s'accorde à dire que l'humilité n'a jamais été la qualité prédominante des Lausannois. «Ils se font vite des films et tournent tout au tragique», rapporte un ancien dirigeant. Mais quand le LHC était encore un club ordinaire, qu'il faisait joli dans le paysage, avec ses ambiances latines et sa culture de la polémique, quand il n'était qu'un cuistre, un godelureau de province, chacun lui passait ses crises d'un sourire entendu.

Le LHC a toujours su se raconter des histoires.
Le LHC a toujours su se raconter des histoires.Image: KEYSTONE

Un ex-dirigeant de club témoigne

«En LNB surtout, Lausanne HC était le club populaire par excellence, un gremlin sympathique avec ses excès et ses maladresses. Tout la Suisse l'aimait et le voulait dans l'élite. Aujourd'hui, les grandes enseignes de LNA voient apparaitre un vrai concurrent, ostensiblement ambitieux. Tous n'apprécient pas ses manières. On peut difficilement nier qu'un sentiment anti-lausannois est en train de monter, ne serait-ce que par jalousie.»

En d'autres termes, il y aurait du vrai, le LHC dérange. Mais qui? Sans adhérer à l'hypothèse d'un réseau de connivences, la très rigoureuse NZZ reconnaît que «certains journalistes zurichois sont extrêmement proches du ZSC, sans doute trop proches. Du moins est-ce ma perception de Bernois», soulève délicatement le journaliste Daniel Germann.

L'expert reconnaît aussi que la rencontre entre Lausanne et Zurich n'était pas celle du marteau et de l'enclume, selon la vision manichéenne de certains récits.

«Lausanne a joué ''sale''. Mais Zurich aussi, notamment Andrighetto. La charge de ce dernier valait bien plus qu'un match de suspension, comme nous l'ont confirmé d'anciens arbitres»

Daniel Germann est formel: «Je ne crois pas au complot anti-LHC car de nombreux Alémaniques apprécient qu'un club, une puissance émergente venue de Suisse romande, change le rapport de force. Notre championnat ne peut pas tourner éternellement autour d'un axe Berne-Zurich. En cela, le LHC est un peu le Lugano des années 90. Et Genève-Servette jouit également d'une bonne réputation.»

Les seules réserves de la NZZ portent sur le modèle économique opaque du LHC, un doute attisé par «les déclarations à la Constantin» de Petr Svoboda, son directeur et co-actionnaire.

«On ne sait pas vraiment ce qui se passe. D'où vient l'argent. S'il y a du retard dans le versement des salaires, comme le rapportent toujours plus de rumeurs. Svoboda lui-même nous a parlé d'un déficit de 12 millions de francs pour la saison en cours.»
Daniel Germann, NZZ
Petr Svoboda, ex-star de NHL, big boss du LHC.
Petr Svoboda, ex-star de NHL, big boss du LHC.Image: KEYSTONE

Mais Lausanne HC n'a pas attendu Svoboda pour adopter des postures victimaires, crier au scandale, à l'asservissement de la minorité welsche opprimée, et voir le mal partout, des juges et des présidents qui gardent les cochons ensemble, d'autres qui vont aux poules, des arbitres qui mangent aux mêmes râteliers que les journalistes, un cartel zurichois déterminé à entraver le règne programmé de l'Elu lausannois. Trente ans que ça dure...

Malley et ses ambiances «gilets jaunes»

Image: KEYSTONE

En décembre dernier, le syndic de Prilly, dont le LHC est un contribuable, a égayé une séance de Conseil communal en dénonçant «une cabale médiatique contre notre club devenu trop puissant». L'élu s'est exprimé comme s'il avait démantelé un réseau de journalistes alémaniques à la solde de Zurich, Berne et Davos. Il a prétendu parler sous le contrôle du LHC, auquel il avait préalablement soumis ses propos.

Réaction de Thierry Meyer, responsable des relations médias

Croyez-vous à des réseaux d'accointances alémaniques qui nuiraient aux intérêts de votre club?
Nous n’avons pas de commentaire à faire sur ce sujet. Nous voulons nous concentrer sur ce que nous maîtrisons.

Pensez-vous qu'un sentiment anti-LHC soit en train de monter dans la presse alémanique?
Il faut relativiser tout cela. Que des médias locaux aient un biais favorable pour le club qu'ils suivent, ça n'a rien de nouveau. Que certains grossissent le trait pour monter des polémiques, ça existe depuis toujours. On essaie de balayer devant notre porte.

Adhérez-vous à l'hypothèse que votre montée en puissance dérange des clubs établis?
Ce que nous voyons, c’est que nous partageons la même vision de notre avenir commun. S'il y a des incompréhensions, c'est surtout une question de style. Nos nouveaux propriétaires sont certainement arrivés avec des références culturelles différentes et une façon de faire qui a intrigué: les échanges de joueurs, le camp d'été de type NHL... Nous sommes en plein développement, et avec les autres clubs, nous devons sans doute apprendre à mieux nous connaître.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer

1 / 19
15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer
source: twitter/i drink good
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Après le hockey, encore un peu de glisse, mais sur l'eau!

Plus d'articles sur le sport

Ils se croient super forts et se retrouvent piégés sur les via ferrata

Link zum Artikel

Les ex-cracks de Super League cirent le banc à l'étranger

Link zum Artikel

Le cas Idrissa Gueye éclaire toute l’hypocrisie du football

Link zum Artikel

Le football suisse entame une semaine décisive pour son avenir

Link zum Artikel

Des femmes témoignent: «Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

«On bidouillait»: Il a vécu toutes les Patrouilles des glaciers, il raconte

Link zum Artikel

Les défenseurs collés aux poteaux sur corner? Complètement has been

Link zum Artikel

Le FC Winterthour et sa culture punk, ovni du foot moderne

Link zum Artikel

Evenepoel met tout le monde d'accord: la Belgique tient un phénomène

Link zum Artikel

Le Bâlois Alex Wilson, suspendu pour dopage, victime d'un complot?

Link zum Artikel

Un horrible tacle a brisé la carrière de cette Neuchâteloise

Link zum Artikel

De mythe à «club de village», Kloten sera modeste en National League

Link zum Artikel

Isaiah Thomas, une ode à la résilience version US

Link zum Artikel

Zeki Amdouni, la pépite qui peut encore sauver le Lausanne-Sport

Link zum Artikel

Bencic: «Quand je pense à la guerre, je relativise l'importance du tennis»

Link zum Artikel

Les cyclistes pros sont devenus des toxicomanes accros aux pilules

Link zum Artikel

Comment Luka Modric a fait de son extérieur du pied une arme fatale

Link zum Artikel

Cette Romande a passé 40 jours seule en montagne et est revenue transformée

Link zum Artikel

Une langue de footballeur a encore fourché: top 20 des phrases cultes

Link zum Artikel

Que le football suisse cesse d'inventer des formules hallucinogènes

Link zum Artikel

Gegenpressing contre jeu de position: l'heure du grand duel

Link zum Artikel

Thibaut Monnet: «J'ai laissé quelques bouts de dents sur la glace»

Link zum Artikel

La drôle d'histoire des animaux qui peuplent le hockey suisse

Link zum Artikel

Cette Valaisanne increvable a réalisé le doublé Lauberhorn-Kitzbühel

Link zum Artikel

Simon Ammann: «Arrêter ou continuer, je n'arrive pas à me décider»

Link zum Artikel

Osaka, Rapinoe, Williams: la «culture de la victimisation» made in USA

Link zum Artikel

Iga Swiatek, nouvelle reine du tennis, a construit sa légende à Montreux

Link zum Artikel

Le patron du Tour de Suisse: «La Romandie ne veut pas de nous»

Link zum Artikel

Les lasers verts qui ont ciblé Salah sont les plus dangereux

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le cas Idrissa Gueye éclaire toute l’hypocrisie du football
La polémique enfle autour du milieu de terrain sénégalais du PSG, qui a refusé de jouer à Montpellier samedi. Pas de blessure, mais un rejet du maillot arc-en-ciel imposé dans le cadre de la journée de lutte contre l'homophobie.

Mauricio Pochettino s'avance en conférence de presse, annonce qu'Idrissa Gueye «a effectué le voyage à Montpellier», mais que «pour des raisons personnelles», il a dû «sortir de la feuille de match». «Mais il n’était pas blessé», ajoute-t-il. Les médias s'en emparent, les associations mettent la pression sur le club tandis que l'entourage du joueur se refuse à tout commentaire. La polémique est lancée.

L’article