DE | FR

Dès son 1er marathon, le Romand Julien Wanders peut battre un record

Roi des courses sur route, le Genevois fera ses grands débuts sur le marathon dimanche à Paris. Ses récentes sorties indiquent qu'il pourra menacer le record suisse de Tadesse Abraham.
31.03.2022, 12:0131.03.2022, 12:28

Cette première est très attendue par les amateurs de course à pied, pressés de savoir si le Genevois, pas toujours à son avantage sur piste, a les moyens de matérialiser ses énormes qualités sur la légendaire distance des 42,195 km.

Ses deux records d'Europe sur route - 59'13 sur semi-marathon et 27'13 sur 10 km - montrent qu'il peut prétendre sur sa valeur à descendre sous les 2 h 05'.

Mais l'intéressé évite de s'emballer: «Un premier marathon représente toujours une part d'inconnu. Je préfère rester prudent et faire parler mes jambes», lâche Julien Wanders, qui vise «officiellement» un temps entre 2 h 06' et 2h10' (le record suisse de Tadesse Abraham est de 2 h 06'40, réalisé en 2016 à Séoul).

«Je n'ai pas peur de la distance car j'ai réalisé les entraînements qu'il faut», déclare-t-il depuis sa base au Kenya, d'où il s'est envolé pour Paris en milieu de semaine. L'athlète de 26 ans prendra le départ avec deux de ses partenaires d'entraînement kényans et des «lièvres maison». Le fait que ce marathon soit organisé par son équipementier (Asics) facilitera la collaboration avec les meneurs d'allure.

Julien Wanders prévoit de partir prudemment, au sein probablement d'un deuxième groupe, histoire de ne pas se «griller» au rythme des leaders d'un peloton dans lequel figureront six ou sept athlètes ayant déjà couru en moins de 2 h0 5'. Dont le vainqueur du marathon de Chicago l'an passé, l'Ethiopien Seifu Tura.

Paris ne fait pas partie des marathons les plus rapides. Par rapport à Berlin, Chicago ou Dubaï, on peut estimer que les chronos y sont en général à peu près une minute en deça, en raison notamment des petites ondulations du parcours. «Cela ne me dérange pas. J'aurai plus de marge de progression pour les suivants», glisse Julien Wanders.

L'athlète du Stage Genève, sous la conduite de son vénérable et réputé coach italien Renato Canova (77 ans), qui a succédé à Marco Jäger, a passablement changé sa préparation. «Canova ose davantage que Marco. Avec lui, il m'arrive d'effectuer des séances de 20 km sur piste. Au début, cela m'a un peu effrayé mais maintenant, ce n'est plus un souci», dit Wanders.

Image: KEYSTONE

Le triple vainqueur de la Course de l'Escalade a réalisé récemment une séance impressionnante en altitude au Kenya: 38 km à une vitesse moyenne de 3'12'' par kilomètre, proche du rythme d'un marathon. Ajoutée au fait que Wanders est désormais parfaitement guéri de la blessure aux ischio-jambiers qui l'avait freiné aux JO de Tokyo l'an passé (21e du 10 000 m) et à son bon test le mois dernier au semi-marathon de Naples (1 h 00'28), cette sortie le conforte dans ses ambitions.

Après Paris, le Genevois fera le point. Mais son intention, d'ores et déjà, est de continuer à courir sur piste parallèlement à sa nouvelle carrière sur marathon. (ats/Olivier Petitjean)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les ex-cracks de Super League cirent le banc à l'étranger
Le championnat suisse a perdu ses plus belles pépites cet hiver. La plupart d'entre elles n'ont pas réussi à s'imposer dans des ligues plus huppées. Un constat inquiétant pour le football helvétique.

Située au bas de l'échelle européenne, la Super League est considérée comme un tremplin et un championnat formateur. C'est aussi sa vocation. Alors souvent, ses meilleurs joueurs partent vers des ligues plus prestigieuses. Lors du mercato hivernal, synonyme de reprise économique post-Covid, le phénomène a été particulièrement marqué, avec les départs de sept cracks.

L’article