DE | FR
Léo Lacroix a inscrit trois buts en deux matchs début mars avec son équipe de Western United, première ex æquo du championnat d'Australie.
Léo Lacroix a inscrit trois buts en deux matchs début mars avec son équipe de Western United, première ex æquo du championnat d'Australie. image: shutterstock/twitter

«Quand je sors, je n'ai plus besoin de mettre une cagoule»

L'ancien défenseur du FC Sion Léo Lacroix vient d'inscrire trois buts en deux matchs avec son équipe australienne de Western United, première du classement. Rencontre avec un joueur épanoui.
20.03.2022, 18:5620.03.2022, 19:20
Jonathan Amorim
Suivez-moi

Léo Lacroix évolue en Australie depuis septembre 2021, dans la toute jeune franchise (ou club, si vous préférez) de Western United, basée à Melbourne. Après des expériences à Saint-Etienne et Hambourg, c'est sa troisième escapade à l'étranger. On en a déjà parlé dans notre série «football trip», dont voici le dernier épisode ⤵️

Depuis, la situation a bien changé en Australie 🇦🇺🦘

Une aventure qui se déroule pour le mieux actuellement puisque le Vaudois de 30 ans cartonne en Océanie. Aligné à 15 reprises cette saison, il vient même d'inscrire trois buts en deux matchs, permettant à son équipe de rester en tête du championnat. Interview.

Le classement d'A-League, avec Western United premier à égalité de points.
Le classement d'A-League, avec Western United premier à égalité de points.

On dirait que vous vivez une période de rêve, non?
Léo Lacroix: Oui, effectivement, tout se passe bien. Le club est très sain, l'équipe vit bien et les résultats suivent. On peut encore progresser sur quelques axes mais on travaille très bien aussi aux entraînements. Vraiment, tout se passe pour le mieux actuellement.

Vous avez rejoint un club jeune. Le titre était-il un objectif en début de saison ou est-ce une surprise d'être si bien classé?
Le club a quatre ans mais il a déjà réalisé quelques bonnes performances ces dernières saisons. On ne parlait pas de jouer le titre à mon arrivée mais, forcément, après notre début de saison, on a commencé à y songer.

Vous avez signé pour un an. Vous imaginez-vous poursuivre l'aventure?
Pour le moment, je suis concentré sur mon travail et sur la fin de saison. Mais bien sûr que si l'on continue comme ça, je serais ravi de poursuivre l'aventure en Australie.

Vous aurez peut-être l'occasion de découvrir une nouvelle compétition, la Ligue des champions asiatique.
C'est effectivement très attractif comme défi. J'ai joué un huitième de finale de Ligue des champions en Europe et je connais la beauté de ces matchs internationaux. Ici, j'aurais la possibilité de découvrir d'autres pays comme le Japon ou la Thaïlande, ce serait magnifique. Mais on doit rester concentrés sur la fin de saison et nos objectifs.

L'Australie a été l'un des pays les plus strictes en matière de restrictions sanitaires. Pouvez-vous commencer à profiter un peu de la vie australienne?
Oui, le pays s'est rouvert il y a quelques semaines et c'est vraiment très agréable. On en profite avec ma famille pour se balader et savourer le climat. On aime bien s'arrêter et boire un café en terrasse. Il y a de nouveau pas mal de touristes et de la vie dans les rues, c'est très appréciable. La vie offerte par l'Australie est vraiment de qualité. De plus, les gens sont très ouverts, respectueux et sympathiques.

Gardez-vous un œil sur la Super League suisse?
J'essaie de la suivre un maximum, mais avec le décalage horaire, c'est compliqué.

«Même la Ligue des champions, je la regarde en prenant mon petit-déjeuner!»

Mais j'écris encore souvent à d'anciens coéquipiers dont j'étais proche, comme les joueurs brésiliens du FC Sion.

Quel lien avez-vous gardé avec la Suisse?
C'est surtout un lien avec les proches, que j'appelle tous les jours. Que ce soit la famille ou les amis, c'est extrêmement important pour moi de rester en contact avec eux.

Léo Lacroix vit sa «best life», sur et en dehors du terrain.
Léo Lacroix vit sa «best life», sur et en dehors du terrain.

Gardez-vous l'équipe de Suisse dans un coin de votre tête ou avez-vous fait une croix dessus?
Je ne fais une croix sur rien du tout, mais je suis bien évidemment conscient que ce sera très difficile pour moi. Les défenseurs centraux suisses jouent dans des tops clubs européens.

«Même si le championnat australien est un bon championnat selon moi, sa situation géographique et la concurrence font que ce sera compliqué»

Justement, que vaut le championnat australien?
C'est un championnat très physique, à la «british», mais ça joue bien au ballon aussi, attention! Contre Melbourne, par exemple, il y avait vraiment de très bons joueurs en face. À titre de comparaison, je dirais que les meilleurs équipes du championnat pourraient jouer en Super League suisse, elles ne feraient pas tache.

Au niveau logistique, par contre, l'Australie n'est pas la Suisse...
Non en effet, on effectue tous nos déplacements en avion. Le plus long est Perth, même si ces derniers temps, cette équipe jouait entre Melbourne et Sydney à cause du Covid. Pareil pour Wellington, en Nouvelle-Zélande. On a même joué des matchs, pour des sponsors, en Tasmanie.

Est-ce que les gens sont vraiment passionnés par le football en Australie?
Le sport numéro un ici, c'est le football australien. Il remplit des immenses stades. Le football reste toutefois un sport populaire, il y a des clubs avec de très bons fans. De notre côté, ça prend de plus en plus.

«Il faut également savoir que l'Australie a connu des problèmes de hooliganisme et que passablement de groupes ultras ont été bannis des stades ces dernières années»

Les gens vous reconnaissent-ils dans la rue?
Ça peut arriver, oui, mais ce n'est pas comme à Saint-Etienne par exemple, où il fallait presque mettre la cagoule pour aller faire les courses. De nouveau, ça fait partie du cadre de vie très agréable qu'offre l'Australie à un footballeur.

Vous n'avez donc aucun regret d'être parti aux antipodes.
Non, bien sûr que non, au contraire. Maintenant, je reste concentré à fond sur la fin de saison et les objectifs que je m'étais fixés, qui se matérialisent petit à petit. La suite, on verra!

Ces photos des années 2000 vous rendront trèèès nostalgique

1 / 25
Ces photos des années 2000 vous rendront trèèès nostalgique
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Des motards contre le harcèlement

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Stan Wawrinka avant Roland-Garros: «J'ai une vision à très long terme»
A Paris, le Vaudois disputera un tournoi du Grand Chelem pour la première fois depuis 18 mois et après deux opérations du pied. Il se confie sur son retour, ses objectifs et un éventuel duel avec Rafael Nadal.

Stan Wawrinka n'a jamais eu une relation aussi spéciale avec un tournoi que Roland-Garros, dont l'édition 2022 débute ce dimanche. En 2003, il a remporté l'édition junior et dix ans plus tard, il a atteint le sommet de son art en battant Roger Federer en quarts de finale, puis en triomphant de Novak Djokovic en finale.

L’article