DE | FR
Nati

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Une polémique nauséabonde, en Suisse et ailleurs, fait passer les taiseux pour de mauvais patriotes ou des langues de bois. Plaidoyers pour le droit au silence.
22.06.2021, 19:0323.06.2021, 16:04

Un footballeur qui ne chante pas l’hymne national, ou remue les lèvres pour feindre des vibrations dont il se sait exsangue, est encore considéré aujourd'hui comme un renégat, indigne des notes séculaires qui l'exhortent à la bravoure.

On l'oublie avec nos souvenirs de petit rosé et de vieux 0-0 mais la polémique de l'hymne resurgit à chaque fois que la Nati dispute une grande compétition, à plus forte «raison» quand elle perd, et avec un trouble presque paranoïaque depuis que certains noms ne figurent dans aucun «Bescherelle» ou «Wir sprechen deutsch» - avec des Sh et des Xh à la place du CH.

En France, même débat, lancé par l'extrême droite sur un appel à la profondeur des élites intellectuelles désoeuvrées, toutes heureuses de s'engager sur un terrain fréquenté. «Pourquoi les Bleus sont-ils les rares joueurs de ce Mondial à ne pas entonner l'hymne», s'insurgeait «Le Point» en 2018, alors que de nombreux ténors du football français n'ont jamais prêté leur voix à la Marseillaise (Platini, Zidane) sans que personne, à aucun moment, ne leur adosse les clichés de la marmaille snobinarde, de la racaille banlieusarde.

Michel Platini en 1986.
Michel Platini en 1986.Image: AP
«Dans notre génération, on ne chantait jamais la Marseillaise. Ça a commencé dans les années 1990, je pense à cause des rugbymen. Après, on a commencé à regarder les joueurs qui ne la chantaient pas en fonction de leur couleur. Et parce qu’il y en avait un qui était un peu plus coloré, on disait: «Tiens, il ne chante pas. Il ne doit pas aimer la France.» C’est faux. Nous, on ne chantait pas, pourtant on était tous blancs.»
Michel Platini sur BFMTV

Il existe plein de bonnes raisons de ne pas donner de la voix quand, à l'origine, on s'exprime avec les pieds.

Si on est timide

Peut-être faut-il rappeler que pendant l'hymne, chaque footballeur chante en solo, face caméra, pendant trois à quatre secondes.

«On est habitué à gérer le trac. Mais là, on est filmé, vu et écouté par des millions de personnes. Il y a de la timidité, on est conscient que notre voix est entendue par des millions de personnes»
Ludovic Magnin

Ludo Magnin dans ses oeuvres

Les Suisses de 1996 ne s'égosillaient pas davantage, ils s'appelaient Vogel, Quentin et Chapuisat. Certains étaient timides. D'autres chantaient faux. Beaucoup avaient «peur du ridicule», selon Ludovic Magnin, le trac comme au cours de solfège, à la messe du dimanche ou devant le sapin de Noël.

Si on a d'autres choses en tête

A quoi bon créer une bulle autour de l'équipe si quelques notes suffisent à la percer, submergeant les joueurs d'émotions?

«Si je chante, l'émotion me prend au torse. Je perds tous mes moyens et ma concentration. L'hymne me bouleverse à chaque fois, donc je déconne pour éviter d'être déstabilisé»
Fabian Barthez, ex-gardien de la France

Barthez dans ses fous rires

Un hymne n'est jamais qu'une incursion de la mélodie dans la théorie, à un moment où les paroles d'un entraîneur sont bien plus probantes que celles d'un cantique.

«De un, je ne sais pas chanter. De deux, je ne pense pas que ce soit le plus important. A ce moment-là, je me rappelais les consignes du coach et je ne pensais pas à chanter»
Yvan Quentin sur Facebook

Si on n'a pas la corde qui vibre

Et il y a un malaise, forcément. Malaise face aux mots sortis de leurs tranchées de naguère, qui tentent de faire passer l'adversaire pour un despote sanguinaire, venu égorger nos fils et nos compagnes, et déchirer le sein de nos mères - alors que le footballeur moderne préconise plutôt de les niquer.

«Si on l'écoute bien, la Marseillaise appelle à faire la guerre, je n'aime pas ça»
Karim Benzema dans El Pais

Benzema dans ses explications

Certes, les footballeurs ont beau jeu de s'effaroucher de ce romantisme troupier quand leur jargon est lui-même maculé de réthorique guerrière, avec tout un arsenal d'expressions consacrées, le couteau entre les dents et l'épée de Damoclès sur la tête, et inversement. Mais il n'y a pas moins dans certains hymnes un archaïsme sadique qui, quand on y pense, laisse sans voix.

Ainsi le célèbre Haka, faribole barbare des Néo-Zélandais anars qui, face à des adversaires étonnamment passifs, tirent la langue comme des chameaux sous ecsta, promettent d'égorger leur prochain, annoncent l'avènement de l’homme poilu comme ailleurs celui de la femme d’extrême droite, braillent des incantations équivoques (notamment l'inénarrable tenei te tangata puhuruhuru) dont on devine aisément, sans parler un traitre mot de maori, qu’elles n'appellent pas au calme.

Playlist 1: le Haka

Et puis il y a l'hymne suisse, tout autrement. Un hymne pour aller pique-niquer à la montagne, sortir de son pieux le coeur ému, en laissant les vains bruits de la plaine à ces escouades d'ostrogoths en cuissettes.

«Oui, on a un hymne national qui donne envie de dormir, et les Italiens en ont un autre qui les emmène sur le chemin de la guerre. Voilà la différence! On fait avec ce qu'on a»
Alexandre Rey

Si on ne connaît pas les paroles

En 2012, Jézael Fritsche, chargée de communication à l’Association suisse de football, admettait que «certains sportifs connaissent uniquement la première strophe, comme de nombreux citoyens d'ailleurs. Or ce n’est pas la mission de l’ASF que d’apprendre l'hymne suisse aux footballeurs».

Playlist 2: le cantique suisse

«Presque personne n'est capable de réciter notre hymne en entier», reconnaît Peter Rothenbühler, ancien membre de la Commission chargée de plancher sur un nouveau texte. «Je ne pense pas que nous verrons beaucoup de footballeurs chanter à tue-tête, ajoute le fameux chroniqueur. Parce que notre équipe, fondamentalement, est très balkanique. Parce que les citoyens suisses ne sont pas aussi cocardiers que les français et les italiens. Et tout ceci est plutôt bon signe à mon avis.»

Il n'y a rien à toucher, selon Peter Rothenbühler: «J'ai quitté la Commission après deux séances. On ne change pas un hymne. Même si ce texte a l'air vieillot, on ne peut décemment pas lui substituer une poésie un peu sympa et régionaliste.»

Si on est venu disputer un tournoi

L'Eurofoot, concert des nations, doit-il toujours devenir une affaire d'Etat? Doit-il absolument répondre de tout, de la réputation d'un pays à son bien-être, en passant par sa courbe démographique? Didier Deschamps pense que oui:

«Je n'obligerai jamais à chanter. Ce qui compte, c'est l'attitude. On ne porte pas ce maillot, on ne représente pas ce pays, on ne porte pas les attentes de millions de citoyens, comme on part en balade au bord de la mer»

Playlist 3: la Marseillaise

Des esprits plus carrés voudraient y voir un terrain de jeu, rien qu'un tournoi à jouer, sans idée politique ni réflexion philosophique. Ils voient juste un ballon et un champ d'expression, le pré carré des grands enfants; aussi parce que, parfois, cette vision au ras du gazon les arrange.

Aymeric Laporte, «l'homme qui pleurait en chantant la Marseillaise», selon son père, vient d'accepter une naturalisation facilitée du gouvernement espagnol, faute d'obtenir une convocation actée du sélectionneur français. «Il voulait juste jouer», le défend désormais son père, et pourquoi ce point de vue ingénu, aussi contestable soit-il au plan de la cohérence, serait-il irrecevable?

Première question des journalistes ibériques à l'Euro
«Te sens-tu pleinement espagnol pour pouvoir défendre une nation, un écusson, un drapeau, une sélection et un hymne?»
Aymeric Laporte
«Quelle grande question, n'est-il pas? Mon objectif est le même que celui de l’Espagne: gagner toutes les compétitions. Personne ne doit douter du fait que je vais tout donner pour cette sélection»

Il a dit «sélection», et non pays. Il a dit objectif et compétition. Ni plus, ni moins.

Aymeric Laporte avec le maillot de l'Espagne. Comme Suzette Sandoz avec le t-shirt d'ACDC?
Aymeric Laporte avec le maillot de l'Espagne. Comme Suzette Sandoz avec le t-shirt d'ACDC?

Conclusion: faut-il abolir les hymnes?

Qu'ils revendiquent ou qu'ils protestent, les footballeurs ne peuvent pas échapper aux questions d'appartenance, dans une compétition qui, tout de même, joue sur les réflexes identitaires, un peu bébêtes, du collectif über alles.

Un hymne, contrairement à ses paroles, est rarement dénué de sens: il est un murmure à l'oreille des patriotes. On en fait un rite, souvent un rite initiatique et, sauf à les abolir, personne ne rendra les compétitions sportives apatrides, bien que de nombreux intellectuels dans le monde s'y emploient.

«Le sport professionnel est un divertissement. Les hymnes nationaux ne sont pas interprétés dans les concerts ou au théâtre: pourquoi, alors, les interpréter avant des matches?»
Steve E. Fortin, blogueur au Journal du Québec

Sauf qu'à l'Euro ou au Mondial, le patriotisme est tout. Il est le ressort même de la dramaturgie sportive. Il est un folklore de chants et de drapeaux, dans des effluves de saucisses grillées, à destination d'un public non initié, consommateur irrégulier ou occasionnel. Ce n'est plus tant du football qu'un concept marketing, vendu comme un petit remontant, un palliatif à la mondialisation anxiogène.

Depuis le temps que le football des clubs est censé enterrer les équipes nationales, c'est toujours le même refrain, et peu importe que certains le chantent faux ou en play-back: les hymnes ne veulent pas dire grand chose mais nous réussissons invariablement à en faire toute une histoire (la preuve ici).

Playlist bonus: l'hymne italien

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Un avion douteux»: le pilote d'Emiliano Sala a laissé un message inquiétant
Dans un message vocal laissé à un ami, que la BBC a diffusé dans un podcast, le pilote de l’avion d’Emiliano Sala a indiqué que l’appareil avait l’air dangereux. Le petit avion privé s’était abîmé dans la Manche le 21 janvier 2019.

Le 19 janvier 2019, Emiliano Sala, footballeur argentin au FC Nantes, était transféré dans le club britannique de Cardiff City. Deux jours plus tard, il disparaissait en vol entre Nantes et Cardiff à bord d'un petit avion aux mains du pilote privé Dave Ibbotson. Après des semaines d'incertitude, l'épave de son avion est retrouvée par 67 mètres de fond dans la Manche. Son corps est remonté et identifié le 7 février 2019. Il était considéré comme un très bon buteur.

L’article