DE | FR
Bild

Giorgio Chiellini et Yann Sommer. Image: KEYSTONE

Nati

Yann Sommer: «Une telle performance, ce n'est pas normal»

Très bien organisée défensivement et rapide dans les transitions, la Suisse a tenu l'Italie en échec au terme d'un match très vivant (0-0). Son gardien a arrêté un penalty, entre autres prouesses.



Une Suisse courageuse, une Italie dominatrice au début, beaucoup moins à la fin, le tout dans un stade plein, où a régné une ambiance des grands soirs: la Nati expérimentale de Murat Yakin est restée sur la lancée de celle qui a égayé notre Euro.

Pour son premier match officiel à la tête de la sélection helvétique, le coach a pu compter sur un Yann Sommer toujours aussi décisif. Le gardien du Borussia Mönchengladbach a tenu la baraque en effectuant plusieurs parades décisives, notamment face à Berardi qui se présentait seul face à lui (19e) et sur un penalty, certes mal tiré, de Jorginho (53e).

La faute et le penalty en images

Vidéo: SRF

«On a vécu une semaine chaotique, avec les blessures et tout le reste. On n'avait jamais joué ensemble. Ce n'est pas normal de réaliser une telle performance... On a eu beaucoup de coeur et d'intelligence»

Yann Sommer au micro de la RTS.

Sans son chef de meute Granit Xhaka, positif au Covid-19, la Suisse n'était pas favorite. Offensivement, elle est restée globalement discrète: Donnarumma n'a pas eu d'arrêt difficile à effectuer. Mais les Helvètes ont eu leurs chances, notamment une belle occasion de Zakaria à la 84e minute.

Les joueurs de Murat Yakin, après avoir beaucoup subi, ont bien fini le match. Le sélectionneur avait fait des choix forts, avec notamment une défense à quatre et les titularisations de Frei et Aebischer à mi-terrain. Ces deux joueurs ont fait le job, leur activité et leur justesse technique ont été précieuses.

Le résumé du match en images

Vidéo: RTS

Si Sommer est le véritable héros du match côté suisse, d'autres éléments se sont illustrés. La charnière centrale composée d'Elvedi et d'Akanji s'est montrée solide, même si les relances n'ont pas toujours été parfaites. Le point faible fut Rodriguez sur le flanc gauche. C'est lui qui a concédé le penalty après une double erreur, entre autres relances dangereuses.

Italy's Ciro Immobile, right, shoots next to Switzerland's Manuel Akanji, during the 2022 FIFA World Cup European Qualifying Group C soccer match between Switzerland and Italy at the St. Jakob-Park stadium in Basel, Switzerland, on Sunday, September 5, 2021. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Akanji a neutralisé Immobile. Image: KEYSTONE

Les changements effectués par Yakin en cours de seconde période ont fait du bien à l'équipe. Zakaria a apporté plus de dynamisme dans l'entrejeu, alors que Vargas s'est montré plus actif et percutant qu'un Zuber en retrait par rapport à ses dernières sorties.

«Un gros coeur, une bonne mentalité: je suis content. On a trouvé des solutions, défensivement et offensivement. Je ne pense pas qu'on a été tellement dominés»

Murat Yakin au micro de la RTS.

Après deux victoires dans ce groupe C, la Suisse a connu son premier accroc. Mais ce point obtenu contre la Squadra azzurra est précieux, au vu des circonstances et des nombreuses absences.

Le record

Avec ce résultat, l'Italie est désormais seule détentrice du record d'invincibilité pour une sélection. La Squadra de Roberto Mancini n'a plus perdu depuis 36 matches! Pour autant, le technicien italien n'a pas semblé très heureux au moment de quitter la pelouse...

Suisse-Italie (0-0)

Bâle. 31 500 spectateurs (guichets fermés).
Suisse: Sommer; Widmer, Elvedi, Akanji, Rodriguez (63e Garcia); Aebischer, Frei, Sow (63e Zakaria); Steffen (71e Fassnacht), Zuber (63e Vargas); Seferovic (85e Zeqiri).
Italie: Donnarumma; Di Lorenzo, Bonucci, Chiellini, Emerson; Barella (90e Pessina), Jorginho, Locatelli (77e Verratti); Berardi (59e Chiesa), Immobile (59e Zaniolo), Insigne (90e Raspadori).
La Suisse sans Xhaka (Covid-19), Freuler (suspendu), Mbabu, Benito, Gavranovic (blessés), Shaqiri et Embolo (hors de forme). L'Italie sans Spinazzola (blessé).
Avertissements: 6e Sow. 41e Chiellini. 59e Aebischer. 68e Elvedi. 87e Frei.

Les stats

Bild

Légère domination territoriale de l'Italie.

Bild

Deux tirs cadrés pour la Suisse, sept pour l'Italie.

Les compos

Bild

Bild

Le classement

Bild

Plus d'articles sur le sport

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Nati

Les fans suisses craquent: «Yann Sommer, fais-moi des gosses!»

Le portier de la Nati a reçu beaucoup d'amour après sa superbe performance contre l'Italie (0-0) dimanche. Ses supporters le réclament dans leur lit ou à la tête du pays. Et ce n'est pas tout.

Yann Sommer a été immense dimanche en remportant plusieurs duels face aux champions d'Europe, dont un sur penalty (53e). Une performance magistrale qui a permis à la Nati de prendre un point précieux dans la course au Mondial 2022 et à son gardien de recevoir beaucoup d'affection sur les réseaux sociaux. Et plusieurs propositions savoureuses, aussi.

Lire l’article
Link zum Artikel