en partie ensoleillé10°
DE | FR
Sport
Ski Alpin

Marco Odermatt est devenu millionnaire grâce à ses victoires

ABD0321_20230212 - COURCHEVELL - FRANKREICH: Goldmedaillengewinner und Weltmeister Marco Odermatt (SUI) w�hrend der Medaillenzeremonie f�r die Abfahrt der M�nner im Rahmen der Ski-WM 2023 am Sonntag,  ...
Marco Odermatt est en tête du classement général de la Coupe du monde de ski, mais aussi du classement masculin des revenus gagnés en course.Image: APA/APA

Marco Odermatt est devenu millionnaire grâce à ses victoires

Le double champion du monde de descente et de géant est le skieur qui a touché le plus de prize money cet hiver. Ça fait combien au total? Et depuis le début de sa carrière? On a sorti la calculette.
17.02.2023, 16:3117.02.2023, 18:13
Rainer Sommerhalder
Plus de «Sport»

Marco Odermatt a remporté la somme de 105 600 francs suisses pour son titre de champion du monde de descente, dimanche à Courchevel. Le montant total de son «salaire» cet hiver s'élève désormais à 656 850 francs, une somme que le prodige de 25 ans n'avait encore jamais atteint sur une seule saison.

Odermatt est en tête du classement général de la Coupe du monde de ski, mais aussi du classement masculin des revenus gagnés en course. Seule une femme dépasse encore nettement le surdoué nidwaldien à cet égard. La star américaine du ski Mikaela Shiffrin a empoché exactement 700 000 francs de prix grâce à ses performances.

Jusqu'à présent, Marco Odermatt a gagné la coquette somme de 1,64 million dans sa carrière. Il s'agit toutefois d'un montant brut.

Ses prix proviennent de courses organisées dans 13 pays différents, avec 13 taux d'imposition et directives différentes pour les déductions.

Si les coureurs recevaient autrefois une enveloppe contenant un chèque lors de la cérémonie de remise des prix, Marco Odermatt et ses adversaires doivent aujourd'hui fournir leurs coordonnées bancaires aux différents organisateurs. Dans le cas du Nidwaldien, c'est un gestionnaire de fortune qui s'occupe de ce genre de choses, pas toujours très simples. Ainsi, les banques suisses tirent rapidement la sonnette d'alarme en cas de transfert d'argent depuis les Etats-Unis. Marco Odermatt a par exemple gagné 22 000 francs bruts cet hiver à Beaver Creek.

Mais dans d'autres pays aussi, des déductions fiscales allant jusqu'à 40% font froncer les sourcils des gagnants. De temps en temps, les athlètes doivent aussi faire preuve de patience jusqu'à ce que les organisateurs versent réellement le montant total de la récompense. C'était surtout le cas lors des courses en Europe de l'Est par le passé.

Pour les épreuves de Coupe du monde, le lieu de l'événement doit assumer seul ces dépenses, alors que pour les Championnats du monde, l'organisateur et la Fédération internationale de ski partagent les frais. Une victoire en Coupe du monde vaut au minimum 50 000 francs. Certains organisateurs sont plus généreux. Kitzbühel considère comme une affaire de prestige le fait de verser le prix le plus élevé de l'hiver, soit 98 000 francs pour le vainqueur.

Alors que les managers des skieurs mettent un point d'honneur à ne pas demander une part du prix gagné par leurs protégés, tout comme les fédérations nationales de ski, la coutume inverse veut que les hommes de service participent à ce succès monétaire à hauteur de cinq à dix pour cent.

Marco Odermatt verse 10% du prix à Chris Lödler, son homme de service du Vorarlberg, ce qui représentait tout de même 56 000 francs la saison dernière. A cela s'ajoute l'un ou l'autre casse-croûte pour les collaborateurs de l'entreprise de ski Stöckli.

Marco Odermatt of Switzerland poses with the men's overall crystal globe trophy and his servicman Chris Loedler after the podium ceremony at the FIS Alpine Skiing World Cup finals in Meribel, Fra ...
Image: KEYSTONE

Parfois, l'attribution du prix devient aussi une question politique. Ainsi, les organisateurs des courses de vitesse de Zermatt, finalement annulées, ont longuement discuté pour savoir qui devait payer le salaire des coureurs. La Suisse ou l'Italie? La discussion a été déclenchée par le fait unique que, lors de ces descentes, le départ (Suisse) se situe dans un autre pays que l'arrivée (Italie). Finalement, les participants se sont mis d'accord pour que les prix soient versés par la Suisse. C'est une bonne chose pour les athlètes, qui doivent payer moins d'impôts. Mais c'est aussi une bonne chose pour les autorités fiscales suisses.

Mais l'argent n'est pas la seule récompense d'une victoire en Coupe du monde. Selon le lieu de la course et le sponsor, il existe différents prix en nature. Il ne s'agit pas forcément d'un renne comme lors du slalom de Levi en Finlande.

Pour Marco Odermatt, par exemple, c'est autre chose qui est mis en avant.

«Comme prix en nature, j'ai gagné jusqu'à présent quatre montres, trois fois à Wengen et une fois pour la victoire au classement général de la Coupe du monde. De la part de mon partenaire de sponsoring Longines, je reçois en plus d'autres montres dans le cadre de notre accord.»
Winner Aleksander Aamodt Kilde of Norway, right, and second placed Marco Odermatt of Switzerland celebrate at the award ceremony of the men's downhill race at the Alpine Skiing FIS Ski World Cup  ...
Sur le podium du super-G, la semaine dernière, Odermatt et Kilde ont chacun reçu une montre.Image: KEYSTONE

Mais que fait-il exactement avec tous les trophées du chronométreur officiel de la Coupe du monde? «La saison dernière, j'ai offert cinq montres gravées à mes entraîneurs et à Chris, mon serviceman, en guise de remerciement et de marque d'estime. Mon père aussi a déjà reçu une Longines en cadeau», révèle Marco Odermatt.

Il se souvient aussi de l'un ou l'autre cadeau exceptionnel. Parmi les autres récompenses, il y a de la viande, du fromage ou du champagne. «A Lake Louise, c'était un chapeau de cow-boy et à Beaver Creek, une photo d'aigle. Je partage volontiers ce genre de choses avec l'équipe, les entraîneurs, le personnel de service ou les collègues, ou je les offre en partie.»

epa10333480 Marco Odermatt of Switzerland takes first place and tries on a cowboy hat as part of his prize for winning the Men's Super-G race at the FIS Alpine Skiing World Cup in Lake Louise, Al ...
Image: EPA

Ceux qui connaissent Marco Odermatt n'ont pas fini d'être gâtés.

Adaptation en français: Julien Caloz

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi les ultras du hockey suisse sont furax contre la ligue
Le collectif Pro Fans est né durant le mois de février et regroupe des supporters de 12 des 14 clubs de National League. Ils manifestent dans les patinoires et sur le web contre un traitement qu'ils estiment injuste et liberticide.

Ce sont des scènes inhabituelles que l'on voit depuis fin février dans les kops de nombreux clubs suisses de hockey. Les fans de Davos, Zoug, Ambri, Langnau ou Lausanne, entre autres, affichent tous leur mécontentement dans des tifos (banderoles et chorégraphies) par rapport à l'évolution du traitement à leur égard de la ligue et des clubs. Un véritable mouvement collectif est né.

L’article