DE | FR
L'ombre d'une annulation plane sur la Coupe Spengler 2021 à cause des potentielles nouvelles mesures de la Confédération contre le coronavirus.
L'ombre d'une annulation plane sur la Coupe Spengler 2021 à cause des potentielles nouvelles mesures de la Confédération contre le coronavirus. image: keystone
Ice master Zaugg

Sans Coupe Spengler, le HC Davos sera pauvre mais pas encore mort

Le mythique tournoi entre Noël et Nouvel An est indispensable au bon fonctionnement économique du club grison. Mais le risque de nouvelles mesures sanitaires fait craindre son annulation. Alors les dirigeants du HCD prient et planchent sur des alternatives.
01.12.2021, 12:3301.12.2021, 17:35
Klaus Zaugg
Klaus Zaugg
Suivez-moi

Avant la pandémie, le HC Davos réalisait un chiffre d'affaires d'environ 29 millions de francs, dont 11 grâce à la Coupe Spengler. L'année passée, le tournoi a dû être annulé. Le club grison a survécu. Mais avec une perte d'exploitation de 3,8 millions. «Nous avons entamé la nouvelle saison sans réserve», avoue son président Gaudenz Domenig.

Une nouvelle annulation cette année frapperait donc beaucoup plus durement que l'an passé un HCD sans réserve. «Nous n'avons pas d'actionnaire qui puisse injecter quatorze millions», déplore Gaudenz Domenig. Petit clin d'œil sans doute au président des Zurich Lions, Walter Frey, sans toutefois le nommer.

Le public se rend chaque année en masse à la Coupe Spengler.
Le public se rend chaque année en masse à la Coupe Spengler. Image: KEYSTONE

Un point en particulier a fait mal au portefeuille davosien: la saison dernière, l'argent de la Confédération n'a servi qu'à compenser 50% du manque à gagner sur les billets des matchs de championnat. La Coupe Spengler n'était pas concernée par cette mesure.

Des Tchèques en blanc?

Quid de cette édition 2021? Pour Gaudenz Domenig, une annulation n'est plus d'actualité. Tout est désormais mis en œuvre pour organiser le tournoi. Mais la question de sa forme reste ouverte. «Nous sommes flexibles», clame le boss grison. En fait, tout est possible, d'une Coupe Spengler classique comme prévu initialement à une annulation pure et simple. «Entre les deux, tout est spéculation», complète Domenig.

Gaudenz Domenig a encore quelques jokers dans son jeu.
Gaudenz Domenig a encore quelques jokers dans son jeu.Image: KEYSTONE

Actuellement, la question la plus urgente est la suivante: les Tchèques du Sparta Prague, touchés par les nouvelles mesures de la Confédération, pourront-ils venir à Davos avec la quarantaine obligatoire? ««Le Sparta veut absolument venir», se réjouit le directeur de la Coupe Spengler, Marc Gianola. «Mais cette possibilité dépendra de circonstances sur lesquelles nous n'avons aucune influence.»

Les organisateurs planchent donc sur des solutions alternatives. Marc Gianola les détaille:

«Si nous avons des annulations de clubs, il y a plusieurs possibilités: nous reviendrons peut-être au format à cinq équipes que nous avions auparavant. Ou alors nous remplacerons les équipes qui ne peuvent pas venir par des formations de pays voisins ou de la National League»
Marc Gianola, directeur de la Coupe Spengler

Bolzano, le CP Berne du hockey italien, pourrait par exemple faire l'affaire. «Cela nous ferait naturellement plaisir», sourit le président et propriétaire du club transalpin, Dieter Knoll. Cependant, il y a un gros «mais»: «Une participation à si court terme est presque irréalisable pour nous», avoue le patron de Bolzano.

Retrouvailles avec des ex

A part Davos et Ambri, déjà certains de participer, quelles équipes de National League pourraient jouer ce tournoi? La réponse – digne de l'avocat qu'il est – de Gaudenz Domenig: «Nous avons onze autres équipes en plus du HCD et d'Ambri qui entrent en ligne de compte». Puis, plus concret:

«Si nous avons besoin d'une équipe supplémentaire du championnat, nous contacterons sans doute d'abord celles qui ont déjà disputé le tournoi ces dernières années»
Gaudenz Domenig, président du HC Davos

Il s'agirait donc de Lugano, Fribourg-Gottéron et Genève-Servette. Le président davosien ajoute: «N'oubliez pas que le président de Langnau a dit un jour qu'une participation à la Coupe Spengler serait un rêve». Et ça semble toujours l'être: Langnau a déjà libéré ses deux meilleurs marqueurs, Harri Pesonen et Jesper Olofsson, pour renforcer le HCD lors du mythique tournoi à la fin du mois.

Genève-Servette a déjà remporté deux fois la Coupe Spengler, en 2013 et 2014 (photo).
Genève-Servette a déjà remporté deux fois la Coupe Spengler, en 2013 et 2014 (photo). image: keystone

Serait-il aussi possible d'organiser la Coupe Spengler avec seulement quatre équipes? «Plutôt non», s'avance Gaudenz Domenig. En fin de compte, la tenue de cette Coupe Spengler 2021 dépend des dispositions d'entrée (quarantaine) pour les équipes de Suède, de République tchèque et de Finlande. Et le HC Davos n'a aucune influence. En cas d'urgence, la Team Canada pourrait être formée avec des joueurs et coachs de National League et de Swiss League.

Drague à Zurich

En revanche, les mesures prises par les autorités pour l'organisation, qui sont déjà en vigueur ou en cours de discussion, ne devraient pas poser de problème. Il s'agit de l'obligation de porter un masque dans la patinoire et de s'asseoir dans les endroits de restauration. Elles sont tout à fait conciliables avec l'événement et ne devraient pas avoir beaucoup d'influence sur l'affluence du public.

Si la Coupe Spengler peut avoir lieu, Gaudenz Domenig s'attend à un bon déroulement et à des recettes similaires à celles d'avant la crise du coronavirus. «La pré-vente a très bien démarré», se réjouit-il.

En fait, le HC Davos ne peut pas se permettre une annulation. Il toucherait très durement le club économiquement et pourrait entraîner un redimensionnement sportif (réduction du budget pour les prochaines années). Mais le HCD ne disparaîtrait pas pour autant.

En 2019, les fans d'Ambri-Piotta s'étaient déplacés en nombre pour soutenir leur équipe à la Coupe Spengler.
En 2019, les fans d'Ambri-Piotta s'étaient déplacés en nombre pour soutenir leur équipe à la Coupe Spengler.Image: KEYSTONE

Parce que ce club, qui fête cette année son 100e anniversaire, n'est pas seulement financé par l'économie grisonne et ses fidèles supporters. Il l'est encore davantage par des personnalités fortunées de la région de Zurich, l'une des plus riches du monde.

Et le président davosien Gaudenz Domenig y dispose d'un réseau de relations plus dense et plus étendu que les racines d'un chêne millénaire. Il a sans doute raison quand il dit ne pas avoir d'actionnaire capable d'injecter quatorze millions dans le club. Mais Gaudenz Domenig trouvera à coup sûr plus de quatorze actionnaires qui pourront investir un million en cas de besoin.

Adaptation en français: Yoann Graber

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Plus d'images de Kim Jong-un portant son manteau en cuir

1 / 6
Plus d'images de Kim Jong-un portant son manteau en cuir
source: epa kcna / kcna
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les Bouffistas: le marché de Noël de Lausanne

Ces footballeurs qui flambent leur argent dans les chevaux de course
Griezmann, Vidal, ou encore Ancelotti, ont monté leur propre écurie. Ils savent que ce sport-là ne leur rapportera pas un sous. Ils ont juste une fièvre de cheval et, selon les témoignages, ils s'identifient totalement à l'animal.

Arturo Vidal a réalisé son rêve et ce n'est pas de déposer un nouveau tacle sur la cheville de Ronaldo; bien que ce ne serait pas de refus, dit-il volontiers. Grâce à la fortune amassée au Bayern et au Barça, le footballeur a monté sa propre écurie de course. Il a retapé un haras à San Clemente, au Chili, auquel il a donné le nom optimiste de «Il Campione» et où il élève des dizaines de poulains.

L’article