Sport
Témoignage watson

Cyclocross: Loris Rouiller 16e sur la neige de Val di Sole

Loris Rouiller avec, en toile de fond, les virages du parcours sur glace de Val di Sole.
Loris Rouiller avec, en toile de fond, les virages du parcours sur glace de Val di Sole.
Témoignage watson

Ce Romand a disputé la course de vélo la plus dingue de l'hiver

Le spécialiste de cyclo-cross Loris Rouiller a participé dimanche à l'épreuve mythique de Val di Sole, seule étape de la Coupe du monde disputée sur un circuit totalement enneigé. Il raconte des sensations uniques.
12.12.2023, 18:4912.12.2023, 19:27
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Loris Rouiller a participé pour la première fois dimanche à une course de vélo mémorable, une compétition qui ne ressemble à aucune autre et que le Vaudois de 23 ans avait cochée de longue date dans son agenda. «C'était une des épreuves sur laquelle je voulais absolument m'aligner afin de vivre l'expérience de cette étape mythique sur neige.» Il n'a pas été déçu du voyage.

«Rouler sur la neige, c'est un peu comme sur du sable, mais ça reste très spécial. C'est unique, même. Je n'avais jamais eu de sensations pareilles. Moi qui suis un coureur plus technique que puissant, j'ai eu énormément de plaisir.» Une des particularités de la course sur neige tient dans le fait qu'elle permet aux meilleurs «pilotes» de rivaliser avec ceux qui ont les plus grosses cuisses du peloton. Les premiers ne sont pas désavantagés face aux seconds, à condition bien sûr de faire les bons choix.

«Il faut être très doux avec le vélo dans les virages tout en restant bien droit sur la selle. Au fur et à mesure des passages du peloton, plusieurs traces se créent et il s'agit de choisir la plus roulante, en espérant qu'elle ne soit pas occupée par un concurrent. Passer d'une trace à l'autre peut nous déséquilibrer, et se tromper sur la trajectoire nous obliger à fournir beaucoup d'efforts pour avancer.»

La course comme si vous y étiez

Le Vaudois reconnaît sans peine que cette épreuve italienne a de quoi décourager même les plus endurcis. «C'est le genre de course qu'on aime quand tout se passe bien et qu'on a un bon feeling sur le vélo. Mais si ce n'est pas le cas, on peut ne pas aimer du tout.»

Lui-même a éprouvé quelques réticences lorsqu'il a posé ses roues sur la neige du Trentin pour la première fois, le samedi précédent la compétition. «Lors de mes deux premiers tours de reconnaissance, je n'avais pas de bonnes sensations, mais dès la troisième boucle, ça a mieux été. J'ai su comment il fallait rouler et avec quel profil de pneus, quelle pression, etc.»

Loris Rouiller a vite adopté le tracé.
Loris Rouiller a vite adopté le tracé.Image: Pia-Sophie Nowak

Quand on dispute une course à 1200m d'altitude sur un terrain enneigé, il s'agit de bien s'habiller (même si le froid sec du nord de l'Italie est moins mordant que celui, humide, d'autres étapes du circuit hivernal) mais aussi et surtout de choisir le bon matériel pour son vélo.

«J'ai vu de tout en termes de pneus. J'avais décidé de rouler avec un profil très "crantu" afin d'avoir une meilleure accroche dans les parties techniques, mais à l'inverse, un gars comme Niels Vandeputte (2e), avait choisi des pneus super lisses, avec la même adhérence que ceux sur route. Ça m'a étonné, même si les sensations du coureur sur son vélo dépendent aussi de la marque du pneu, et pas seulement du profil.»

Malgré toutes ses précautions, Loris Rouiller n'a terminé que 16e d'une course de 7 tours d'un peu plus de 2km chacun. Un résultat en-dessous des attentes. «J'étais bien parti, mais j'ai perdu beaucoup de temps en prenant une mauvaise décision: alors que j'aurais dû courir en portant mon vélo, je suis resté sur ma selle.» Victime ensuite d'un incident mécanique (il a déraillé), le résident de Belmont-sur-Lausanne a dû repartir depuis l'arrière.

Image
Image: Pia-Sophie Nowak

Il préfère garder en tête sa «super remontée» et a bien l'intention de regoûter aux lacets de Vermiglio, du nom de la localité de Val di Sole qui héberge la course.

«J'étais capable de rentrer dans le top 10. Je reviendrai l'an prochain avec grand plaisir»

La course devrait avoir lieu pour la quatrième année consécutive seulement. C'est donc une jeune épreuve, mais elle est si différente de toutes les autres qu'elle est déjà devenue incontournable.

«J'espère qu'il y aura davantage d'étapes comme celle-ci au calendrier», glisse Loris Rouiller, et il n'est pas le seul. La coureuse italienne Sara Casasola expliquait ce week-end dans les colonnes de La Repubblica qu'elle aussi aimerait voir davantage d'épreuves sur neige. Un souhait non dénué d'intérêt:

Au moment où il connaît la plus grande popularité de son histoire, grâce notamment aux duels entre Van der Poel et Van Aert (absents dimanche), le cyclo-cross aimerait beaucoup devenir un sport olympique.

«Les JO sont le rêve de tout coureur, relevait Sara Casasola. Toutes les disciplines du cyclisme y sont déjà représentées, sauf le cyclo-cross. C'est un sport que l'on pratique cinq mois par an et c'est bizarre qu'il n'ait pas sa place. C'est peut-être dû au fait que c'est une spécialité à la limite de l'été et de l'hiver, et qu'il n'y a qu'une seule course par an sur la neige. On pourrait en avoir d'autres tout au long de la saison.» Pour un jour, peut-être, devenir la 16e discipline des JO d'hiver.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«On se sent seul au monde»: ils ont marqué un autogoal et témoignent
Six buts contre son camp ont déjà été recensés depuis le début de l'Euro. Que ressent-on quand on trompe son propre gardien? Deux ex-défenseurs suisses racontent ce grand moment de solitude.

Il y avait déjà eu cinq autogoals depuis le début de l'Euro, quand on a envoyé un SMS aux anciens défenseurs Stéphane Grichting (45 ans) et Daniel Puce (54 ans), pour leur demander de nous raconter ce que l'on ressent quand on marque contre sa propre équipe. Quelques minutes après notre message, l'Italien Riccardo Calafiori devenait le sixième joueur du tournoi à inscrire un «csc» (but «contre son camp»), lors de la défaite 1-0 des Transalpins face à l'Espagne.

L’article